Home Politique CGEA: Prof Vincent Lukanda entraîne un groupe d’agents manipulés dans sa rébellion contre le ministre de tutelle

CGEA: Prof Vincent Lukanda entraîne un groupe d’agents manipulés dans sa rébellion contre le ministre de tutelle

11 min read
0
0

Le Commissaire Général à l’énergie atomique, Prof Vincent Lukanda, a visiblement du mal à se défaire de ses sales habitudes. Supportant mal le fait que l’actuel ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda reste indomptable et résiste dans son refus de baigner dans la corruption, il a monté un groupe d’agents manipulés du Commissariat Général à l’énergie atomique (CGEA) contre lui.

Première diablerie à l’actif de ce groupe d’agents apparemment envoûtés : un torchon qu’ils ont ignoremment dénommé « pétition » contre l’Autorité de tutelle et largué sur les réseaux sociaux, dans lequel ils ont curieusement repris des accusations de temps en temps énumérées par le Prof Vincent Lukanda dans ses lettres adressées discrètement aux autorités pour tenter d’obtenir le départ du ministre Mpanda.

Si on était dans une église de réveil, on parlerait du « démon de la manipulation ». C’est en tout cas le concept qui pourrait décrire parfaitement l’attitude du Commissaire Général à l’énergie atomique envers un groupe de ses administrés. Celui qui a été surnommé « Dieu le père, le fils et le saint esprit » du CGEA semble avoir dépassé les bornes.

Notez qu’au premier point de leur torchon, ses pseudos pétitionnaires manipulés jusqu’à la moelle épinière reprochent, sans vergogne, au ministre de tutelle, de s’ingérer dans la gestion quotidienne de leur centre en demandant l’état de trésorerie.

Pour eux, les millions de dollars de recettes récoltés par ce centre dans le cadre de l’évaluation de la radioactivité, notamment dans les produits miniers marchands et autres services, devraient être gérés par le Commissaire Général à l’énergie atomique sans un regard du ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique.

Au troisième point de leur torchon, ils reprochent au ministre José Mpanda d’avoir fait visiter les installations du CGEA à des personnes inconnues d’eux, sans préciser si ces prétendues personnes inconnues l’étaient réellement pour les gestionnaires de ce centre.

Là aussi, Vincent Lukanda a floué ces agents dont il aurait obtenu les signatures dans ce document en échange de la modique somme de 6 000 (six mille francs congolais) par personne.

Signe qu’ils ont apparemment perdu le contrôle de certaines de leurs facultés, ils se sont permis, au point deux de leur fameuse pétition, de reprocher à l’Administration de la Recherche Scientifique, incluant le Secrétariat général, le Conseil scientifique national et le cabinet du ministre, de percevoir des quotités.

A ce sujet, il faut tout simplement faire remarquer que l’arrêté ministériel fixant lesdites quotités date de 2011 et depuis, le Prof Vincent Lukanda ne s’est jamais plaint.

Il a fallu attendre l’arrivée de José Mpanda, il y a de cela un peu plus de deux ans, pour que ses administrés sous- traités pour le besoin de la cause, dénoncent cet état de choses.

Le jour où tout a commencé

Pour comprendre les agissements de ces pseudos pétitionnaires, il faut remonter à l’installation du gouvernement Sylvestre Ilunga.

« En effet, à la nomination de Me José Mpanda comme ministre, Vincent Lunkanda s’était amené vers ce dernier avec une enveloppe de 200 mille USD comme frais d’installation. Malheureusement pour lui, ce dernier n’avait pas mordu à cet appât de domination en vue d’un laisser-aller. Témoins présents, Me José Mpanda lui avait demandé de retourner avec cet argent et le rétribuer aux agents du CGEA qui avaient de revendications », révèle un média en ligne dont un journaliste était présent dans la salle ce jour-là.

Il s’avère donc que le commissaire général à l’énergie atomique n’a jamais digéré cette humiliation, une première du genre, subie dans sa carrière.

Du coup, pour lui, tous les coups semblent être permis pour obtenir la tête de ce ministre indomptable.

Par ailleurs, et c’est là que les familles des pétitionnaires ont de quoi s’inquiéter pour la santé mentale de leurs proches, ces derniers reprochent aussi au ministre d’avoir initié un audit Administratif et financier de leur établissement.

Ils l’accusent également de bloquer le redémarrage du réacteur Trico II, alors qu’il avait défendu ce dossier en février 2020 au Conseil des Ministres et obtenu l’autorisation du gouvernement.

D’ailleurs, José Mpanda en a évoqué dans son discours à Vienne, ce mardi 21 septembre 2021, du haut de la tribune de la 65 ème Conférence Générale de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA).

D’un mensonge à un autre, les pétitionnaires sous-traités par Vincent Lukanda ont prétendu que le ministre de tutelle bloque les voyages des cadres du CGEA en refusant de signer leurs ordres de mission.

Pièce contre pièce, on trouve dans la délégation congolaise à Vienne, des experts du CGEA, tous des professeurs d’universités, notamment Jérémie Muswema, Directeur scientifique de ce centre et Professeur en Sciences et technologies nucléaires (plus outillé en matière nucléaire que Vincent Lukanda qui est hydrologue) et le Professeur Sébastien Luyindula, chef de division de sciences de la vie au CGEA.

Tout compte fait, ces pétitionnaires, qui ont aussi évoqué des prétendus recrutements des agents en brandissant une lettre du Secrétaire Général à la Recherche Scientifique, devraient s’inquiéter plus de leur situation, tellement ils sont manipulés par celui qui semble n’accorder aucune attention à l’amélioration de leurs conditions sociales alors qu’il {ndlr le Commissaire Général à l’énergie atomique} dort sur des millions de dollars.

Jean Pérou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

MIBA: André Kabanda brasse chaque jour 7 000 USD pour la « location » de 2 bus TRANSCO

De gestionnaires publics congolais rivalisent de scandales financiers aussi pharaoniques l…