Home Provinces Tshopo: Le président de l’Assemblée provinciale invente ses propres lois pour empêcher un député provincial de siéger

Tshopo: Le président de l’Assemblée provinciale invente ses propres lois pour empêcher un député provincial de siéger

7 min read
0
0

Les sales pratiques, consistant pour les détenteurs des parcelles de pouvoir d’en abuser pour fragiliser des adversaires politiques a survécu à l’alternance democratique dans certaines parties de la République Démocratique du Congo. C’est le cas notamment de la Tshopo où le président de l’Assemblée provinciale est accusé d’empêcher le député provincial Jean-Pierre Litema Yeni de siéger après avoir démissionné de ses fonctions de ministre provincial des infrastructures pour un motif non prévu ni par la Constitution ni par la loi sur la libre administration des provinces.

Bien plus, le président de l’organe délibérant de la Tshopo a ordonné que l’ancien ministre provincial sous le gouverneur Walle Lufungula soit chassé de l’enceinte de l’Assemblée provinciale comme un vulgaire voleur.

Selon des informations obtenues de plusieurs sources locales, Jean-Pierre Litema Yeni, député provincial élu de la circonscription électorale d’Opala avait été nommé dans le gouvernement provincial quatre mois après avoir siégé à l’Assemblée provinciale.

« Je suis député provincial élu de la circonscription électorale d’Opala. J’ai commencé à siéger à l’assemblée provinciale, après quatre mois, j’étais sollicité dans le gouvernement provincial Walle 1. Après avoir travaillé dans le gouvernement Walle 1 comme ministre provincial de la fonction publique, dans la formation du gouvernement Walle 2 j’ai été retenu comme ministre des infrastructures. Il y a eu une motion de censure contre le gouvernement provincial qui a été voté à l’assemblée provinciale. La loi est claire à ce sujet, lorsqu’il y a une motion de censure, le gouvernement est réputé démissionnaire et donc je devais regagner directement l’assemblée provinciale conformément à la loi », a-t-il expliqué, sur des propos relayés par nos confrères d’Okapinews.net.

Violation du règlement intérieur de l’Assemblée provinciale

Il rappelle qu’ étant donné que le gouvernement était démissionnaire, se voulant respectueux des lois, il a démissionné pour rentrer à l’assemblée provinciale.

« Même le règlement intérieur de notre chambre en son article 90 est clair sur ce point. Toute la procédure a été respectée, et j’ai déposé tous les documents à tous les niveaux, le gouverneur intérimaire avait pris acte de ma démission, curieusement, le président de l’Assemblée provinciale ne veut pas que je retourne à l’hémicycle», a déploré le député provincial Jean-Pierre Litema.

Il a poursuivi qu’il doit regagner l’hémicycle pour travailler sur sa base en prévision des échéances électorales à venir, mais là qu’il est bloqué.

« Un président de l’Assemblée provinciale qui bloque la procédure malgré la réaction du procureur général qui avait évoqué l’article 110 de la constitution. C’est une matière simple mais qui est compliquée par un président de l’assemblée provinciale qui se croit au dessus des lois de la République”, a-t-il vociféré.

Suite à cette injustice, cet élu du peuple n’a pas pris part à l’élection du nouveau gouverneur.
« Il(ndlr le président de l’Assemblée provinciale de la Tshopo) a même chargé des policiers pour m’empêcher d’accéder à l’assemblée. J’en appelle à l’intervention des autorités compétentes au niveau national plus particulièrement le président de la République, le Ministre de la justice… Pour que je sois rétabli dans mes droits. Je demande également à mon autorité morale, l’honorable Modeste Bahati de s’investir pour que cette situation soit définitivement réglée », a conclu le député provincial Jean-Pierre Litema Yeni.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Provinces

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Guerre d’agression: Des sujets rwandais se partagent de parcelles dans la zone occupée

L’alerte a été lancée par la société civile de Kibumba, en territoire de Nyirangongo…