Home Politique Identification de la population et élections : La CENI et l’ONIP s’y penchent pour définir un cadre de collaboration

Identification de la population et élections : La CENI et l’ONIP s’y penchent pour définir un cadre de collaboration

9 min read
0
0
fardc 1 min

Le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Denis Kadima et le Directeur Général de l’Office National d’Identification de la Population (ONIP), Richard Ilunga, se sont entretenus, mercredi 17 août 2022 autour de la question de l’identification et de l’enrôlement des électeurs.

D’après la Cellule de Communication de la CENI, ils ont balisé un cadre de collaboration entre leurs deux institutions.

« Cette rencontre entre deux structures importantes de la République, qui sont appelées à réaliser les missions très importantes, d’un côté il y a les élections de 2023 et de l’autre côté, l’identification de toute la population congolaise. A ce titre, nous sommes venus pour baliser le cadre de collaboration qui sera permanent parce que nous voulons atteindre ces deux objectifs », a indiqué le DG, Richard Ilunga.

Lire aussi Identification et rencensement de la population en RDC: Un conseiller de Fatshi entretient la confusion avec un cabinet maffieux

Il a loué les rapports étroits qui lient les deux instances appelées à évoluer dans la même direction.

« Nous avons mis en place les stratégies qui vont permettre à la CENI librement et de façon indépendante de réaliser sa mission, et entre temps, à l’ONIP de passer par la CENI pour réaliser notamment, l’identification de la population. Nous serons ensemble main dans la main pour que ces deux missions importantes soient réalisées. Les deux structures qui sont complémentaires, doivent se parler en permanence », a poursuivi le Directeur Général de l’ONIP.

Un sujet sensible

En dehors de la carte d’électeur, du reste facilement falsifiable et du passeport dont l’obtention est théoriquement conditionnée par la présentation d’une carte d’identité, les congolais n’ont pas de documents fiables qui prouvent qu’ils sont congolais. Le dernier recensement organisé au pays remontant à 1984, l’actuel parti présidentiel, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) avait lutté, alors dans l’opposition, pour que les congolais aient de cartes d’identité.

Lire également Identification de la population : L’ONIP proteste contre « une démarche cavalière » du Conseiller spécial du chef de l’État chargé du Numérique

En septembre 2019, soit huit mois après son investiture, le président Félix Tshisekedi avait annoncé la mise en place d’un « visa électronique d’entrée » en RDC et le lancement de la campagne « d’identification biométrique de tous les citoyens en vue de doter » le pays « d’un registre national de la population d’ici à 2020 ». C’était à l’ouverture de l’atelier de validation du « plan national numérique à l’horizon 2025 ».

La création d’un registre national de la population fait partie des 68 projets prioritaires de ce plan et est inscrite dans le programme du gouvernement pour la transformation numérique du pays.

La 19ème réunion du Conseil des Ministres, tenue le 31 janvier 2020, a marqué son accord pour la réalisation d’une étude de faisabilité. Cette étude devrait être financée par la Banque Africaine de Développement (BAD), qui s’est engagée à accompagner le gouvernement dans toutes les étapes du projet.

Lors de cette réunion du Conseil des Ministres, le Gouvernement avait également décidé de créer le Comité National de Suivi pour piloter ce projet. Il comprend le cabinet du Président de la République, le cabinet du Premier ministre, neuf ministères, l’Office national d’identification de la population (ONIP) et le Bureau central de recensement. L’arrêté portant création de ce Comité National de Suivi a été signé en date du 05 mars 2020 par le Vice premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires Coutumières, qui en assure la présidence.

Un mois plus tard, la BAD avait lancé un avis à manifestation d’intérêt pour la réalisation de l’étude de faisabilité du SNID pour laquelle les termes de références ont été élaborés par le Gouvernement à travers le Ministère de l’Intérieur et le Comité National de Suivi. Sur base de ces termes de référence, la BAD a reçu la soumission de plus de 40 Cabinets- Conseils de renommée internationale qui ont concouru pour ce marché.

Après un processus de recrutement aux contours flous, le Cabinet -Conseil international Ernst and Young RDC s’est vu octroyer ce marché juteux, en septembre 2020.

La question du recensement ou de l’identification de la population est sensible en République Démocratique du Congo. Elle rappelle les souvenirs d’un projet de révision de la loi électorale liant la tenue de la présidentielle à un recensement de la population, votée à l’Assemblée nationale avant d’être rejetée par le Sénat en 2015, qui aurait permis à l’ancien président Joseph Kabila de rester au pouvoir plus longtemps. Il y a eu des dizaines de morts.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: La vérité sur l’objet de la mission du coordonnateur national du P-DDRCS à Kampala

C’est le journal Africa News qui a mis fin aux rumeurs répandues sur la toile ce lun…