Home Politique Campagne électorale : La Symocel fustige la confusion entre rejet et agression contre des candidats

Campagne électorale : La Symocel fustige la confusion entre rejet et agression contre des candidats

2 min read
0
0

Avec ses 275 observateurs de long terme déployés dans les 26 provinces et 40 000 observateurs de court terme à déployer, la Synergie des missions d’observation citoyenne des élections(Symocel) suit de près le déroulement du processus électoral.

Après les deux premières semaines de la campagne électorale, elle constate avec regret que de conflits ethniques montent en puissance dans certains coins du pays et entraînent avec eux des attaques physiques.

La Symocel a bien trouvé les mots pour décrire la situation sur le terrain. Elle relève notamment que la campagne électorale est mitigée, intense au sommet, tiède aux bas échelons avec des candidats peu motivés, violente et envenimée, tournée autour des individus plutôt que des programmes, mais tout de même contradictoire.

En effet, des tensions et même de violences ont été enregistrées notamment à Kindu, province du Maniema où un partisan du candidat Moïse Katumbi a trouvé la mort; dans le Haut-Katanga entre la communauté Kasaïenne et la population locale à Kasumbalesa et où le cortège du premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde a été pris pour cible par de partants de Ensemble pour la République à Malangwe.

La Symocel appelle les candidats à bannir tout recourt au discours incitatif à la haine et leurs partisans à ne pas confondre rejet des autres candidats et recourt à la violence à l’encontre de ces derniers.

Pami Halele

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Jean-Claude Baende à Jean-Pierre Bemba: « Je sais Je sais que tu as l’habitude de créer des conflits avec tout le monde »

Entre le député national Jean-Claude Baende et le vice-premier ministre de la Défense nati…