Home Politique Division de l’opposition: La presse internationale dézingue Félix Tshisekedi et Kamerhe

Division de l’opposition: La presse internationale dézingue Félix Tshisekedi et Kamerhe

9 min read
0
0

Au lendemain de la décision de Félix Tshisekedi et de Vital Kamerhe de retirer leurs signatures de l’accord de Genève sur la désignation du candidat unique de l’opposition, tous les qualificatifs sont bons pour décrire la volteface de leaders de l’UDPS et de l’UNC. Des internautes de la RDC et d’ailleurs ont employé la langue de vipère contre ces deux opposants. La presse internationale elle, n’est pas en reste car, elle ne s’est pas montrée tendre avec eux. Revue de la presse internationale de ce mardi 13 novembre 2018.

« Présidentielle en RDC: Tshisekedi et Kamerhe font voler en éclats l’accord de l’opposition », titre le site lemonde.fr qui rappelle que les leaders de l’UDPS et de l’UNC s’étaient accordés, avec cinq autres ténors, sur le nom de Martin Fayulu comme candidat unique face au camp du président Joseph Kabila. « L’unité n’a même pas tenu vingt-quatre heures: deux poids lourds de l’opposition ont annoncé dès lundi 12 novembre, qu’ils se retiraient de l’accord qu’ils avaient signé la veille pour désigner un candidat unique de l’opposition à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre en République démocratique du Congo », signale le monde.fr qui indique que l’UDPS et l’UNC ont aussi prêté des intentions cachées aux deux autres signataires de l’accord de Genève, l’ex-gouverneur du Katanga Moise Katumbi et l’ex-vice-président Jean-Pierre Bemba.

« Division de l’opposition en RDC: pourquoi l’accord de Genève est-il mort-né ? », s’interroge pour sa part  RFI. Citant certains internautes qui ont inondé la toile d’un paquet de réactions de désapprobation à la volteface de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, la Radio France Internationale répond qu’il s’agit d’un « manque de maturité politique ».

Et de renchérir qu’ « à dix jours du début de la campagne électorale, et avec ces deux poids lourds en moins, le front commun de l’opposition fait pâle figure. Le pouvoir ne pouvant pas rêver mieux: sur twitter, la plateforme de soutien au candidat de la Majorité, Emmanuel Ramazani Shadary, a immédiatement appelé tous ceux qui ont été déçus par l’opposition congolaise à les rejoindre ».

« Des grands enfants politiques »

La grande artillerie vient de la presse ouest africaine avec en tête, le site burkinabé lepays.bf qui s’en prend de la plus belle des manières aux principaux opposants congolais. « L’encre de l’accord de Genève portant désignation de Martin Fayulu, comme candidat unique de l’opposition, n’a pas encore séché qu’il a été remis en cause par certains de ses signataires », constate-t-il.

Cherchant à connaitre les vraies motivations de ce désistement, le confrère estime qu’en allant à Genève, le leader de l’UDPS dont la candidature a été validée, pensait que les autres ténors de l’opposition allaient porter leur choix sur sa personne, surtout qu’un récent sondage le mettait en tête des pronostics et ce, devant même le candidat de la majorité présidentielle. « Cette opposition n’a jamais été capable du sursaut salvateur à même de provoquer l’alternance…Tshisekedi et Kamerhe prétendent vouloir être en phase avec leur base. Et personne n’a pu donc convaincre sa base du bien-fondé d’une candidature unique de l’opposition. Que c’est triste voire pitoyable! Ils ont donc fini par se laisser prendre au piège de leur égo surdimensionné », relève le média basé à Ouagadougou.

En tout cas pour lepays.bf, dans ces conditions, c’est le président Joseph Kabila qui se frotte les mains tant l’opposition est en train d’ouvrir un boulevard à son poulain Emmanuel Ramazani Shadary. « On croyait pourtant que l’accord de Genève avait permis d’aplanir les difficultés mais la volte-face de Tshisekedi et celle de Kamerhe achèvent de convaincre que l’opposition congolaise est, pour l’essentiel, composée de grands enfants incapables de faire bloc autour d’une cause commune et cruciale », conclu lepays.bf.

De sa part, La Libre Afrique est remontée plus loin dans l’histoire politique de la RDC pour s’intéresser aux élections de 2011 qui ont vu Vital Kamerhe et Etienne Tshisekedi être les outsiders de Joseph Kabila.

Pas du tout content du comportement du président national de l’UNC, ce site rappelle quelques épisodes de sa carrière politique. « L’homme a surfé sur la vague du pouvoir au moment des négociations de l’automne 2016. Il a été fut sur le fil pour le poste de Premier ministre par le citoyen belge Samy Badibanga. Un pied de nez de Kabila qui ne voulait pas entendre parler de Kamerhe à ce poste. Ensuite, l’homme parfois surnommé Kamerhéon pour son don à tourner sa veste, a caboté avant de rejoindre les leaders de l’opposition et de se retrouver le week-end dernier à Genève en compagnie de Katumbi, Bemba, Tshisekedi, Fayulu, Matungulu et Muzito pour désigner un candidat unique de l’opposition », poursuit La Libre Afrique.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Isidore Ndaywel après la marche du CLC: « Nous ne sommes pas en voie de disparition»

Le Comité Laïc de Coordination ( CLC) a marché ce lundi 21 octobre à Kinshasa. La manifest…