Home Société RDC: L’acharnement de Daniel Mwana-Nteba contre le Dr Denis Mukwege choque l’opinion

RDC: L’acharnement de Daniel Mwana-Nteba contre le Dr Denis Mukwege choque l’opinion

11 min read
0
0

Le Prix Nobel de la Paix 2018, le Docteur Denis Mukwege poursuit son ascension à l’échelle internationale. Honoré récemment par l’Université d’Anvers, qui lui a décerné l’éminence récompense Docteur Honoris causa, il continue à marquer des points et à porter à la face du monde la bonne image de la République Démocratique du Congo. Malheureusement, depuis quelques jours, il est la cible d’un sac de critiques proférées par Daniel Mwana-Nteba.

En effet, Obstruant la réalité sur l’engagement du célèbre gynécologue congolais, cet acteur politique en mal de positionnement ne s’est pas gêné de réduire celui que d’aucuns considèrent comme l’un des congolais les plus respectés à l’internationale à un simple « réparateur des femmes violées », et aux dimensions géographiques de la RDC.

« Non, le Docteur Denis Mukwege est bien plus que ce que peut s’imaginer ce politique » rétorque Crispin Kashale, directeur de Communication de la Fondation Panzi.

Ce dernier indique que Daniel Mwana-Nteba a, dans une interview accordée à un média en ligne le mercredi 3 avril 2019, affiché un fort acharnement à l’égard du Prix Nobel de la Paix 2018 qu’il accuse faussement d’être au service des puissances occidentales.

En effet, Habitué à employer un langage discourtois, ce politique congolais a soutenu que mettre fin aux groupes actifs au Congo conduirait le Médecin Directeur de Panzi au chômage.

Ceci est un mensonge cousu de toutes pièces car, en dépit de son engagement patriotique, le Dr Mukwege n’a jamais cessé de bien prendre soin de ses malades.

A Panzi, dans une banlieue de la ville de Bukavu, il a créé un immense Hôpital ayant une capacité d’accueil allant au-delà de 450 lits.

Au sein de ce géant chef-d’œuvre, il a mis en place des méthodes thérapeutiques découlant de la technologie médicale moderne comprennent notamment la laparoscopie, une technique que l’on ne trouve que dans un petit nombre de pays africains.

Bien plus, à travers la République Démocratique du Congo, le Docteur Denis Mukwege déploie régulièrement des équipes de thérapeutes pour des campagnes de prise en charges des personnes présentant des pathologies gynécologiques graves, telles que la fistule et le prolapsus.  « De ce fait, même en cas d’extermination des groupes armés [ce qui du reste rentre dans le sens du combat du Dr Denis Mukwege], il faudra plus pour mettre en place des équipes aussi expérimentées que celle du Dr Mukwege pour la prise en charge de ces pathologies mortelles afin de s’assurer de réduire sensiblement la marge de manœuvre du Prix Nobel de la Paix», fait remarquer Crispin Kashale.

Par ailleurs, à travers la Fondation Panzi, Denis Mukwege a mis en place un modèle de prise en charge basé sur quatre piliers de prise en charge.

Le One Stop Center est actuellement exporté en dehors du pays et est appliqué partout sur base de l’expérience de Panzi.

Ce modèle de prise en charge promu par le médecin Directeur de Panzi est apprécié pour le fait qu’il offre un service holistique aux patients. Il prend en compte l’aspect physiologique, l’aspect psychique et psychologique, l’aspect juridique et judiciaire ainsi que la réinsertion sociale.

Un modèle pour le monde

Depuis des années, Panzi est devenu une grande école pour quiconque veut répliquer ce modèle.

Au delà de la RDC en Afrique,  le Mali, la Centrafrique et la Guinée ont eu à solliciter le savoir-faire de Panzi dans le domaine de la prise en charge des victimes des violences sexuelles. A cette demande, le Dr Mukwege a répondu par l’envoi de ses équipes pour la formation.

Ainsi, il est couramment invité par des pays qui ont connu des conflits armés fortement violents pour l’implantation de son modèle, le One stop Center.
« Le chômage au Dr Mukwege, dans le sens de l’imagination de Daniel Mwana-Nteba dévient hypothétique dans la mesure où même en cas de stabilité complète de la RDC, le professeur Denis Mukwege sera toujours sollicité. Il sied de rappeler que plusieurs dizaines de femmes victimes de violences sexuelles ont été prises en charge par Panzi, et que donc des preuves médico-légales gisent entre les mains du même docteur », a poursuivi Crispin Kashale.

En tout cas pour le responsable de la Communication de la Fondation Panzi, quand il faudra que justice soit faite, dans tous ces cas de violations graves des droits humains faites sur le sol congolais, le médecin de Panzi sera toujours un acteur de premier plan.

Il a ajouté que pour l’heure, la clinique juridique de la Fondation Panzi a eu à accompagner plusieurs femmes victimes de violences sexuelles ayant pris l’initiative d’ester en justice.

A ce propos, il nous revient d’appendre
que c’est bien la Fondation Panzi qui a alerté la justice des graves exactions que faisaient la bande de Koko di Koko dans les territoires de Mwenga et Shabunda.

Selon une source proche du dossier, suite à son implication, «des enquetes ont  été menées par l’auditorat militaire à Kigulube [un des cités terrorisées par Koko di Koko], conjointement avec une attaque des FARDC, et le chef rebelle a été écroué et attend répondre de ses actes devant la justice».

Bien de femmes, dont certaines anciennes patientes des Panzi et d’autres vulnérables de la société, sont appuyées par le Dr Denis Mukwege à travers les projets Dorcas Rurale et le projet Tushinde Ujehuri.

A en croire Kashale, l’idée de mettre un terme à la carrière philanthropique du Dr Denis Mukwege est une pire distraction relevant d’une immense illusion car a-t-il renchérit, «bien de vies humaines en dépendent»

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Blaise Matuidi et Maria Pilon Mandala organisent une soirée de gala ce samedi 22 juin à Kinshasa

L’international français Blaise Matuidi est à Kinshasa depuis le mardi 18 juin 2019.…