Home Société Doyen des Secrétaires Généraux: Barthélémy Okito démontre le caractère légal de la mise en place effectuée dans l’Administration publique par Yolande Ebongo

Doyen des Secrétaires Généraux: Barthélémy Okito démontre le caractère légal de la mise en place effectuée dans l’Administration publique par Yolande Ebongo

17 min read
0
0

La mise en place effectuée le 16 avril et rendue publique le 24 avril 2020 dans l’Administration publique, par la Ministre de la Fonction Publique, Yolande Ebongo commence à faire l’objet de critiques. Une certaine opinion mal informée prétend qu’elle aurait été faite sur base du clientélisme et qu’elle ne respecterait pas la procédure légale. Doyen des Secrétaires Généraux en activité, Barthélémy Okito a convié la presse ce dimanche 26 avril 2020 pour étaler toute la vérité sur le processus de la reforme de l’administration publique.

Le Secrétaire Général sortant aux Sports, nouvellement promu à l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU), a brandi des documents et autres preuves qui confortent la thèse du respect des textes réglementaires par la Ministre de la Fonction publique.

Ceux qui accusent Yolande Ebongo d’avoir violé certaines dispositions légales en vigueur sont encouragés à aller se documenter. Et Barthélémy Okito, du haut de ses 20 ans  passés comme Secrétaire Général dans l’Administration publique, est mieux placé pour leur expliquer certaines matières. C’est ce qu’il a fait ce dimanche en faisant parler les textes réglementaires qui ridiculisent les pêcheurs en eaux troubles.

Soucieux d’apporter un éclairage et dans le but de préserver l’image du fonctionnaire de l’État en général et du Secrétaire Général en particulier, il a présenté une brève historique du processus de la réforme et du rajeunissement de l’administration publique, initiée par le Président de la République honoraire, Joseph Kabila Kabange.

Rien de frauduleux dans l’arrêté de Yolande Ebongo

Alors que la plupart des pourfendeurs de la Ministre de la Fonction publique se bornent sur les articles 72 et 74 de la loi n°16/013 du 15 juillet 2016, portant Statut des agents de carrière des services publics de l’État, il a rappelé la démarche qu’avait entreprise en son temps le ministre de la Fonction publique de l’époque, Michel Bongongo. Ce dernier s’était en effet remis à l’arbitrage de la Cour suprême de justice, qui lui avait donné raison, après interprétation rigoureuse de l’arsenal juridique qui régit l’Administration publique en RDC.

Au vu de cet  arrêté de la Cour Suprême, la participation avec succès à un concours fut exigée pour le passage d’un grade à un autre dans la catégorie A, c’est-à-dire celle qui concerne les Directeurs, les Directeurs généraux et les Secrétaires Généraux.

A l’issue de ce concours organisé en juillet 2018 par le Centre Chrétien d’action pour dirigeants et cadres d’entreprises(CADICEC), sous la supervision du Secrétariat national pour le renforcement des capacités(SENAREC), ce sont 72 lauréats qui ont été retenus, le premier ayant 76%(Monsieur Manya) et le 72eme  60%.
Ce, en dehors de 15 autres Secrétaires Généraux qui avaient été nommés antérieurement par Ordonnance présidentielle,  au nombre desquels deux sont décédés.

L’année suivante, l’ancien Chef de l’État Joseph Kabila avait nommé, dans deux Ordonnances présidentielles, ces nouveaux secrétaires généraux. Ce qui fait un total de 85 SG nommés par ordonnances présidentielles, à affecter dans 58 secrétariats généraux.

Mais après l’investiture du Président Félix Tshisekedi, son Directeur de Cabinet a demandé au Ministre de la Fonction publique de sursoir l’exécution de la mise en place des Secrétaires Généraux et d’entamer le processus d’annulation des deux ordonnances précitées.

Fatshi aurait approuvé

Après vérification, le Président de la République,  Félix Tshisekedi  approuverait les deux ordonnances de son prédécesseur et prône le service sacro saint de la continuité des services publics de l’État.

Il importe de signaler que
celui qui recrute tous les fonctionnaires de l’État et qui les met à la disposition des différents ministères c’est le ministre de la Fonction publique. C’est lui qui nomme les agents de collaboration et d’exécution. De son côté, le Premier ministre nomme les Chefs de bureau et les chefs de division,  alors que les Directeurs et les Secrétaires Généraux sont nommés par Ordonnance présidentielle.

Par ailleurs, à son arrivée,  la Ministre de la Fonction publique avait trouvé sur sa table sept dossiers chauds à savoir, l’affectation des SG et les notifications des Directeurs nommés par ordonnance présidentielle ;  la poursuite de la mise à retraite de fonctionnaires et agents publics de l’Etat; la finalisation de la mise en place des agents et fonctionnaires de l’État, qui avaient réussi au concours sur les structures standards et le dossier de la formation et affectation des jeunes professionnels ayant réussi au concours.

Le cinquième dossier concerne la résolution de l’épineuse question du salaire des agents et fonctionnaires dont les huissiers qui allaient connaitre des augmentations et les SG, qui allaient toucher la moitié de salaire d’un ministre, conformément au protocole en vigueur et à une ordonnance présidentielle datant de l’époque de Mobutu, qui n’a jamais été abrogée. Les sixième et septième dossiers concernent l’affectation des Énarques qui ont terminé leurs études à l’ENA et la mécanisation des nouvelles unités, qui ont obtenu leurs numéros matricules.

De là, Yolande Ebongo transmettra tous les dossiers au Premier ministre pour visa avant de signer finalement son arrêté.
Décryptant l’arrêté en question, Barthélémy Okito renseigne que dix des 13 SG possédant des Ordonnances antérieures ont été affectés tandis que sur les 72 SG nommés par Joseph Kabila, 43 ont été récupérés, ce qui fait au total 53, plus les cinq autres dont les recours avaient été examinés par la Ministre de la Fonction publique. Il reste 32 SG qui n’ont pas été affectés dans l’administration publique mais qui seront affectés dans d’autres services et structures de l’administration  publique.

Répondant à la question relative aux critères qui ont prévalu dans l’affectation de SG dans différents ministères, le doyen des Secrétaires Généraux a répondu que ça dépend de l’appréciation de la patronne de l’administration publique.
«C’est la Ministre de la Fonction publique qui a tous nos dossiers. C’est elle qui reçoit toutes les cotations des SG émanant des ministres sectoriels. Et elle a le profile de chaque Secrétaire Général», a précisé le nouveau SG à l’ESU.

Comme pour répondre à ceux qui critiquent son passage des Sports à l’enseignement supérieur et universitaire, Barthélémy Okito a évolué dans un premier temps dans une entreprise minière et ensuite il a embrassé la carrière d’enseignant à l’Université et ISP de Kisangani et au même moment, il fut désigné membre de l’Assemblée provinciale du Maniema. Ce, avant de rejoindre Kinshasa pour occuper les fonctions de Conseiller dans plusieurs cabinets ministériels et d’autres fonctions comme fonctionnaire de l’Etat.
«C’est la Ministre de la Fonction publique qui connaît  nos cursus contenus dans nos CV et nous affectent en fonction de ces curcus là. En plus de  cela, il est aussi important d’épingler que dans le job description du SG et les autres textes réglementaires du SG, celui-ci est un manager capable de s’adapter à toute situation de gestion des ressources humaines. Il doit avoir donc des capacités managériales très élevées», a renchérit l’ancien SG à la reconstruction, au développement rural et dorénavant aux Sports.
Affirmant qu’il n’y a pas eu d’intrusions politiques dans cette mise en place, Barthélémy Okito rassure  les 32 SG non affectés qu’ils  seront utilisés utilement au sein des services et autres structures de l’administration publique et que la Ministre signera un arrêté quant à ce.

Au nom de tous ses collègues, le doyen des  SG de l’administration publique de la RDC remercie sincèrement le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi et le Premier ministre Sylvestre Ilunga pour avoir autorisé le règlement de ce dossier important de l’administration publique.

Il remercie aussi et encourage la Ministre de la Fonction publique pour priorisation de ce dossiers et dit compter sur elle pour la résolution des dix autres  dossiers restants.

R. Djanya

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Débouté pour la 5ème fois dans l’affaire qui l’oppose au FPI: Kin Kiey Mulumba aux abois

Débiteur insolvable auprès du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI), le Professeur…