Home Politique Dépendance de la RDC à l’aide extérieure: La FAO promet de nourrir les bétails des déplacés de Goma

Dépendance de la RDC à l’aide extérieure: La FAO promet de nourrir les bétails des déplacés de Goma

4 min read
0
0

C’est clair, plus rien ne peut se faire en République Démocratique du Congo sans l’appui extérieur. Alors que les autorités nationales se la coulent douce à Kinshasa et voyagent en première classe au frais du contribuable, les sinistrés de l’éruption volcanique de Nyirangongo sont réduits à des mendiants sur leur propre sol. Leurs animaux manquent eux aussi à manger.

Affectée par cette situation calamiteuse, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) veut voler à leur secours. C’est le représentant pays de cet organe des Nations Unies en RDC, Aristide Ongone, qui l’a annoncé au gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant général Constant Ndima, lundi 5 juillet 2021.

L’éruption volcanique de Nyirangongo du 22 mai dernier qui a tué plus de 30 personnes et détruit plus de 3000 habitations, centres de santé et école a créé des milliers de sans abri.

En attendant la fin des travaux d’aménagement du site d’hébergement des sinistrés de Kanyaruchinya situé dans le territoire de Nyirangongo, un autre problème est plus préoccupant. Il s’agit de la carence des nourritures tant pour les sinistrés que pour leurs bétails.

L’aide du gouvernement venant au compte goûte, la FAO veut mettre la main dans la patte pour une solution idoine.

« Nous allons spécifiquement apporter un appui par rapport aux infrastructures de l’abattoir. L’abattoir a été détruit par l’éruption. Nous allons reconstruire un abattoir. Nous allons également nous occuper de tous ceux qui ont perdu les animaux et les plantations. Nous allons nous occuper d’eux, c’est-à-dire, en apportant de nouveaux noyaux d’élevages que nous allons distribuer aux populations sinistrées. Nous allions également faire la distribution des semences améliorées, des outils agricoles pour que progressivement ces populations et les familles qui les ont accueillies puissent reprendre la production et commencer à se reprendre en charge, parce que l’objectif, ce n’est pas l’assistance indéterminée. C’est arrêter un jour l’assistance pour que les gens recommencent à se prendre en charge », a expliqué Aristide Ongone au sortir de sa rencontre avec le gouverneur militaire du Nord-Kivu.

Concrètement, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture compte prendre en charge la reconstruction de l’abattoir de Buhene dont le coût des travaux est estimé à 470 000 USD.

Armand Tedilonge/ Goma

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…