Home Politique 1er Vice-président du Sénat: Le bilan élogieux de Eddy Mundela en une année

1er Vice-président du Sénat: Le bilan élogieux de Eddy Mundela en une année

17 min read
0
0

Juin 2021-juin 2022, le Sénateur Eddy Mundela Kanku totalise une année jour pour jour depuis son élection au poste de premier Vice-président du Sénat. Un an après, il présente un bilan largement positif, au regard de ses réalisations.

Doté de plusieurs capacités managériales, Mundela Kanku avait franchi les portails du bureau du Sénat avec un vent d’espoir. Ses collaborateurs voient en lui un homme très dynamique et ouvert d’esprit. « C’est un homme qui incarne beaucoup de valeurs humaines », affirment-ils. Cela fonde sa réputation aussi bien dans l’hémicycle du palais du peuple que dans sa vie privée.

Homme à plusieurs casquettes, au bureau du Sénat de la RDC, Eddy Mundela Kanku est chargé des questions législatives, des relations avec la cour constitutionnelle, des institutions d’appui à la démocratie, des groupes politiques et provinciaux. Il est aussi chargé des relations extérieures et interparlementaires, suivant l’article 33 du règlement intérieur de la Chambre Haute du parlement.

Dans le cadre de ses prérogatives réglementaires, il avait réalisé, au cours de 9 premiers mois de son mandat, d’énormes réalisations dans le domaine des relations extérieures et interparlementaires.

Son bilan au plan de la diplomatie parlementaire

Sur tous les fronts, en présentiel ou en visioconférence, Eddy Mundela défend la RDC, qui est désormais présente dans toutes les instances décisionnelles des secteurs rentrant dans ses attributions légales et règlementaires.
C’est dans ce cadre qu’en octobre 2021, il avait participé à la 23 ième session ordinaire du comité exécutif et à la 4 ème réunion de la commission Ad hoc des finances du forum des parlements des pays membres de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (FPCIRGL), à Nairobi, au Kenya.

Sa participation à ces assises a été très capitale pour la RDC, en ce sens qu’elle a épargné le parlement congolais des sanctions qui auraient pu découler du non-paiement des cotisations de la RDC à cette organisation sous-régionale.

Grace à son esprit ouvert et à son dynamisme légendaire, la RDC raffle le poste de président du groupe géopolitique africain de l’Union Interparlementaire, lors de la 143ème Assemblée de l’Union Interparlementaire tenue à Madrid, en Espagne.

Avocat du peuple mais aussi défenseur des intérêts de son pays, Eddy Mundela Kanku ne ménage aucun effort devant les différentes tribunes des forums parlementaires internationaux, pour rappeler les problèmes auxquels la RDC fait face. C’est le cas notamment du terrorisme auquel la RDC est confrontée depuis plusieurs années dans sa partie Est, particulièrement dans les provinces de l’Ituri, du Nord et Sud Kivu, où des massacres à répétition et les pillages des produits miniers et agricoles sont constamment perpétrés.

À Madrid par exemple, le premier Vice-président du Sénat congolais avait appelé à la synergie sur le recours aux mécanismes de coopération internationale, en vue d’une stratégie de riposte globale, en terme de renforcement des capacités en matière d’informations, mais aussi de fournitures adaptées.

Lire aussi RDC: Eddy Mundela et le représentant pays de IPAS cogitent sur la domestication et l’harmonisation du protocole de Maputo

Toujours dans le cadre de sa mission, il avait représenté la RDC à l’audition parlementaire aux Nations-Unies en février 2022. Ici, Eddy Mundela Kanku avait évoqué les efforts que fournit la RDC sur la représentativité féminine aux postes décisionnels.
Sur ce sujet, des avancées significatives sont à ce jour enregistrées, d’autant plus que la question constitue dans son propre pays, un cheval de bataille, selon les axes majeurs du programme du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui tient fortement à la parité Homme et Femme dans les postes de prise des décisions.

Toujours à New York, le premier Vice-président du sénat avait plaidé pour que dorénavant, le monde puisse avoir un autre regard sur la RDC, comme un pays solution, au regard du potentiel incontestable du pays dans la lutte contre le changement climatique. Ce, car avec son bassin et ses forets luxuriantes, la RDC est le premier poumon de la planète, sans compter son potentiel hydroélectrique de 100.000 mégawatts et un potentiel de 90.000 mégawatts d’énergies renouvelables, des ressources minières stratégiques comme le cobalt, le coltan et le germanium, aujourd’hui utilisés dans l’industrie automobile pour le stockage d’énergie.

À cette audition parlementaire, Eddy Mundela Kanku avait plaidé pour la création d’une organisation mondiale sur l’environnement qui devra avoir son siège en RDC, vu sa position de pays solution. Le numéro deux de la Chambre Haute du parlement congolais s’ était engagé alors à militer en espérant obtenir gain de cause, pour que son pays tire réellement profit de ses richesses.

Lire également New York : Eddy Mundela et Jean Pierre Lacroix réfléchissent autour de la menace terroriste en RDC

Il avait porté la même demande à Bali, en Indonésie, en mars 2022, devant les parlementaires du monde réunis.

Le sénateur Eddy Mundela Kanku avait plaidé alors pour la création d’une task force entre la RDC, le Brésil et l’Indonésie, trois plus grands pays forestiers au monde et avait plaidé pour le renforcement du fond vert dont la gestion sera confiée aux pays précités.

Le Kasaï oriental dans son cœur

Bien que vivant à Kinshasa où il sert le pays comme deuxième personnalité du Sénat, Eddy Mundela Kanku porte toujours son Kasaï oriental au cœur. Ses regards et oreilles sont tournés vers la terre de ses ancêtres. Soucieux de voir cette partie de la RDC, longtemps marginalisée pour sa connotation de bastion de l’opposition à l’époque, se développer et partir du bon pied sous le régime Tshisekedi, il avait conduit, le 13 juin dernier, une délégation du Kasaï Oriental aux États-Unis d’Amérique. Là-bas, Louis d’Or Ntumba Tshiapota, Maire de Mbujimayi, chef-lieu du Kasaï oriental, avait signé un accord de jumelage avec Tony Hagood, Maire de la ville de Tuskegee dans l’Etat d’Alabama, en présence du président de l’Assemblée provinciale, Athanase Kabongo Malebongo, sous la facilitation de Eddy Mundela Kanku.

Cet accord de jumelage, « sera de nature à contribuer au renforcement des liens particuliers qui existent entre la République Démocratique du Congo et les Etats Unis d’Amérique, deux Etats qui ont toujours entretenu un partenariat privilégié, du reste, renforcé depuis l’avènement au pouvoir du Président Félix Antoine Tshisekedi en janvier 2019″, renseigne-t-on.

Cet accord ouvre désormais une coopération bilatérale mutisectorielle à la base entre les deux pays.

Très proche de sa base, son fief électoral, le sénateur Mundela Kanku n’est pas resté indifférent à la situation sociale de la province du Kasaï oriental en général et du territoire de Kabeya Kamwanga en particulier. Il a posé de gestes qui resteront gravés dans les esprits des Est-Kasaïens.

À son actif, il faut compter les dons en équipements médicaux faits à certaines structures hospitalières de la province; l’éclairage public au moyen des lampadaires solaires dans plusieurs coins du territoire de Kabeya Kamwanga, notamment à Keena Nkuna chef-lieu du territoire et Tshintshianku etc.

Dans la même catégorie Autonomisation : Eddy Mundela à la rescousse de la Ligue des femmes de l’UDPS

Outre ces réalisations, le Sénateur Mundela Kanku entend doté à son territoire d’une école moderne pour la formation de futurs gestionnaires de la res publica.

C’est dans ce cadre que les travaux de construction de cette infrastructure scolaire ont été amorcés à la satisfaction de la population.

De l’autre côté, il a construit à Kabeya Kamwanga un centre hospitalier, qui offrira les soins de santé de qualité aux hommes et femmes de cette partie de la RDC.

Fils maison de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Docial (UDPS), Eddy Mundela Kanku a, au cours de sa récente, visite effectuée dans son territoire natal, remis des motos neuves et des drapeaux du parti aux membres du comité du parti présidentiel, afin de faciliter non seulement la mobilité mais aussi la sensibilisation.

Certains gestes par lui posés, en faveur des femmes (remise des pagnes), ne sont pas passés inaperçus.

Eddy Mundela Kanku, soucieux du développement de la femme, a remis également des machines à coudre et une enveloppe consistante pour permettre aux femmes de l’UDPS fédération de Kinshasa, d’assurer leur autonomie financière et leur indépendance économique.

Son combat demeure celui de porter haut la voix de son pays la RDC dans le concert des Nations car, avec ses plus grandes richesses, la RDC a tout ce qu’il faut pour relever la pente et repartir sur l’échiquier international comme un géant d’Afrique. Loin d’être exclusivement bureaucrate, Eddy Mundela Kanku est aussi et avant tout, homme de terrain.

Jules Ntambwe