Home Politique Conflit RDC-Rwanda: Félix Tshisekedi impose une nouvelle rhétorique

Conflit RDC-Rwanda: Félix Tshisekedi impose une nouvelle rhétorique

11 min read
0
0

Le temps d’une faiblesse présumée de la République Démocratique du Congo devant le Rwanda est révolu, très révolu. L’agression en cours de la RDC par les terroristes du M23, appuyés par l’armée Rwandaise, a mis en lumière la nouvelle politique congolaise à l’égard de ce voisin agresseur.

Avec le changement de narratif du gouvernement des Warriors dirigé par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde et les nouvelles orientations diplomatiques définies par le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo, lors de la XII ème Conférence diplomatique, la diplomatie congolaise perturbe sérieusement les calculs du Rwanda. Mieux, elle a imposé au gouvernement rwandais le respect envers la République Démocratique du Congo.

Depuis la fin des années 1990, les relations congolo-rwandaises sont marquées par plusieurs épisodes de vives tensions. A plusieurs reprises, Kinshasa a dénoncé l’implication de Kigali dans l’instabilité de la province du Nord-Kivu en particulier et de l’Est en général. Presqu’ à chaque fois, leurs conflits se sont soldés par des discussions à l’issue desquelles les deux voisins aux relations problématiques finissent par s’entendre.

Du point de vue d’une frange de la population et même de certains observateurs indépendants, Kinshasa s’est toujours caractérisé par une faiblesse tant sur le plan militaire que sur le plan diplomatique. A tort ou à raison, ceux qui sont de cet avis soutiennent que le gouvernement congolais finit souvent par céder au dictat du Rwanda et/ou de ses protégés lors de dialogues et obtient difficilement une solution équitable.

Mais, la donne semble avoir changé cette fois-ci. En effet, depuis le déclenchement des hostilités entre le M23 et les FARDC en mars dernier, le gouvernement congolais a adopté une autre posture, qui met en mal les intérêts du Rwanda.

Félix Tshisekedi instruit, Lutundula exécute et le Rwanda tremble

Ainsi, le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala Pen’Apala avait dénoncé du haut de la tribune de la plénière du Conseil exécutif de l’Union Africaine, le 25 mai 2022, à Malabo, en Guinée Équatoriale, le soutien du Rwanda au M23.

Lire aussi Diplomatie: Kinshasa pousse les organisations internationales à accentuer la pression sur le Rwanda

Le chef de la diplomatie congolaise avait crevé l’abcès en disant enfin tout haut ce qui se chuchotait jusque-là tout bas. Il avait attiré l’attention de la Communauté internationale et de l’Union Africaine sur l’implication et le soutien du Rwanda aux forces négatives du M23, dans les attaques perpétrées contre les positions de l’armée congolaise dans l’Est de la RDC.

« Le Rwanda avance… je le dis sans hésitation, le Rwanda a attaqué le camp de Rumangabo en RDC. Comment aujourd’hui, la journée où nous célébrons la naissance de notre Alma mater où nous devons réfléchir sur notre avenir, on peut faire comme si de rien n’était. Je dis bien, le M23 soutenu par le Rwanda, a attaqué les troupes internationales de la MONUSCO. Nous ne pouvons pas rester indifférents. Ne nous pouvons pas ne rien dire. La RDC, je vais le dire, nous allons faire une déclaration politique demain ou après demain », avait-t-il déclaré.

Depuis, le chef de la diplomatie congolaise sillonne le monde pour exiger, au nom du gouvernement congolais, des condamnations du Rwanda pour l’agression de la RDC.

Des mesures qui affaiblissent Kigali

Plus important, le Chef de l’État congolais a cité nommément le Rwanda de soutenir le M23.

« Le fait de vouloir la paix, la fraternité et la solidarité n’est pas une faiblesse », avait-il affirmé le 5 juin dernier lors d’un déplacement au Congo Brazzaville où il était allé accusé encore une fois le Rwanda auprès de son homologue Denis Sassou N’guesso.

« Cela ne doit pas constituer une occasion pour des voisins de venir nous provoquer », avait prévenu Fatshi.

Ce, avant de poursuivre que « j’espère que le Rwanda a retenu cette leçon parce que, aujourd’hui c’est clair, il n’y a pas de doute, le Rwanda a soutenu le M23 pour venir agresser la RDC ».

Par ailleurs, la RDC ne se contente pas de se plaindre de l’agression du Rwanda. Elle a, par conséquent, pris des mesures répressives courageuses, notamment celles portant suspension des activités de la compagnie aérienne Rwandair sur le territoire congolais et la qualification du M23 au rang des groupes terroristes, ce qui l’exclut de toutes négociations dont celles de paix de Nairobi.

Mais, ce n’est pas tout car, Kinshasa a décidé, à l’issue de la réunion du Conseil Supérieur de la Défense, présidée le 15 juin par Félix Tshisekedi, de suspendre tous les protocoles d’accords, accords et conventions signés avec le Rwanda.

Lire également Kinshasa décide de suspendre tous les accords et protocoles d’accords signés avec Kigali(Conseil supérieur de la Défense)

Pour ceux qui aiment les comparaisons, lors de l’agression de la RDC en 2012 par le même M23 et ses alliés Rwandais, le Chef de l’État de l’époque, Joseph Kabila n’avait pas publiquement dénoncé le Rwanda.

Son ministre des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda multipliait lui, les tournures vagues au Conseil de Sécurité de l’ONU sans vraiment appeller sérieusement l’agresseur par son nom.

Heureusement que la détermination du peuple congolais à défendre l’intégrité territoriale de son pays et sa souveraineté a toujours été forte.

Dix ans plus tard, force est de constater que le peuple congolais et ses dirigeants dans leur ensemble parlent le même langage face à l’agression de leur pays par le Rwanda.

Jean Pérou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Corruption et détournements, le casse-tête du gouvernement Judith Suminwa

Au moment où la nouvelle première ministre, Judith Suminwa Tuluka, consulte les forces soc…