Home Politique Assemblée nationale: Mboso et son bureau provisoire sous menace d’une destitution

Assemblée nationale: Mboso et son bureau provisoire sous menace d’une destitution

4 min read
0
0

Christophe Mboso N’Kodia vit peut être ses dernières heures à la tête du bureau provisoire de l’Assemblée nationale. Il est sommé de débloquer le processus de l’élection et installation du bureau définitif, sous menace de destitution.

La menace s’appelle Didier Kamundu. Ce député national a accordé un ultimatum de 24 heures au président du bureau provisoire de l’Assemblée nationale pour réactiver la machine.

Ça va faire bientôt un mois, les plénières sont reléguées aux calendes grecques…Le calendrier proposé a été abandonné sans qu’on nous dise quand est-ce qu’il sera repris”, a dénoncé cet élu du peuple.

Partant du fait qu’il y a beaucoup d’urgences au pays, il encourage ses collègues à s’ “assumer en tant qu’élus du peuple”.

Selon le calendrier publié le 27 avril dernier, l’élection et l’installation des membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale devait intervenir ce mercredi 8 mai 2024.

Aucune étape dudit calendrier n’a été respectée. Dans un communiqué publié le 29 avril, le bureau provisoire a annoncé que le début du dépôt des dossiers de candidatures à l’élection des membres du bureau définitif, prévu pour le 30 avril a été reporté, « suite à la présence en provinces d’un bon nombre de députés nationaux, dans le cadre des élections sénatoriales et des gouverneurs des provinces, la date du début de dépôt des candidatures aux différents postes du bureau définitif de l’Assemblée nationale initialement prévu pour ce mardi 30 avril 2024, est reportée à une date ultérieure ».

Primaires de l’Union sacrée: Mboso, candidat malheureux véritablement malheureux

Une semaine plus tard, les députés nationaux qui étaient en déplacement à l’intérieur du pays ont regagné Kinshasa. Certains élus suspectent Christophe Mboso d’avoir mal digéré sa défaite aux primaires de l’Union sacrée pour la désignation du candidat président de l’Assemblée nationale et de bloquer le processus.

A tort ou à raison, des congolais jugent irresponsable et dangereux le comportement de « Pépé », qui au regard de son âge, devait normalement se démarquer par la sagesse et prendre de la hauteur dans ses agissements.

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le nouveau vice-premier ministre de la Défense salue la bravoure des FARDC face au M23

Dans sa note d’information lors de la première réunion du Conseil des ministres, ten…