Home Politique Diplomatie de développement : Christophe Lutundula à la rescousse des musiciens congolais?

Diplomatie de développement : Christophe Lutundula à la rescousse des musiciens congolais?

5 min read
0
0

Les clivages entre congolais, importés en Europe, provoquent l’annulation des concerts de musiciens congolais en Europe. Le dernier en date à avoir payé le prix de l’opposition d’une frange de congolais de la diaspora appelés « combattants » est Ngiama Makanda alias Werra Son, dont le concert prévu pour le 25 septembre dernier au Zénith de Paris, a été annulé.

Qu’envisage le Gouvernement de la RDC pour mettre fin à la perdition de la diaspora congolaise ? Christophe Lutundula Apala, Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, estime qu’il faut organiser la diaspora congolaise et créer un cadre de dialogue permanent avec elle.

On ne compte plus les artistes musiciens congolais qui ont été empêchés de se produire en Europe, au motif qu’ils seraient proches du régime en place au pays.

Plusieurs annulations et/ou de débordements ont été enregistrés depuis plus de dix ans à cause de violences orchestrées par des partisants et opposants de l’ancien président Joseph Kabila et aujourd’hui de son successeur Félix Tshisekedi.

S’adressant visiblement à ces opposant après l’annulation de son concert précité, Werra Son a écrit sur sa page Facebook que « ceux qui tuent la culture congolaise ne vont jamais bâtir un Congo prospère car la haine ne peut venir que du venin ».

Les trois axes stratégiques de Lutundula pour l’harmonie entre la RDC et sa diaspora

Pour une bonne symbiose entre la RDC et sa diaspora, le chef de la diplomatie congolaise préconise un cadre de travail pour un dialogue permanent.
« Je pense que la première chose à faire c’est d’organiser la diaspora. Il faut trouver un cadre de travail avec la diaspora », a déclaré Christophe Lutundula lors de son entretien, la semaine dernière, avec Top Congo FM.

Pour le patron de l diplomatie congolaise, la deuxième chose consiste à mettre en place de mécanismes de communication permanente entre la Centrale, c’est-à-dire le ministère des Affaires étrangères et la diaspora.

« La troisième chose c’est de définir avec la diaspora évidemment, selon les zones géographiques, les intérêts communs, les priorités, pour qu’on ait le même entendement », a ajouté le Vice-premier ministre en charge des Affaires étrangères.

Il a révélé qu’il a donné des instructions à l’Administration de son ministère pour trouver des réponses rapidement.

Toutefois, Christophe Lutundula reste convaincu que la question de la diaspora fera partie des dossiers les plus importants de la conférence diplomatique prévue en octobre prochain.

« Nous verrons comment faire avec la diaspora et structurer les choses et avoir aussi l’éthique de la diaspora. Qu’attendre de la diaspora? Il faut un contrat de confiance, qu’est-ce qu’on peut faire, qu’est-ce qu’on ne peut pas faire. Et comment sauver l’image du pays et son image personnelle », a renchéri le chef de la diplomatie congolaise.

ALT.

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Equateur : OLPA s’ inquiète de la convocation de deux journalistes au Parquet de Mbandaka

Kinshasa, le 18 juillet 2024. L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA),…