Home Economie Dossier lampadaires: les explications limpides de Bathily Samba qui rétablissent la vérité

Dossier lampadaires: les explications limpides de Bathily Samba qui rétablissent la vérité

16 min read
0
0

Après la vague des contre vérités sur le contrat d’installation de 2.594 lampadaires dans certaines communes de Kinshasa signé avec le gouvernement congolais, le patron de la société Solektra RDC s’est livré au centre feu médiatique. Le très discret Bathily Samba a accordé une interview exclusive à Top Congo FM et à 7sur7.cd.

Face aux journalistes Thierry Kambundi et Israël Mutala des médias précités, l’homme d’affaires malien a démontré que sa société avait la capacité financière et les moyens logistiques pour exécuter ce marché qu’il a gagné en bonne et due forme. Il a révélé que la RDC est le 21 ème pays africain dans lesquels il installe les lampadaires, sa société ayant installé plus de 200 mille lampadaires ça et là en Afrique.

« Donc, si j’ai pu exécuter un projet de 30 mille lampadaires en 11 mois dans 304 localités avec des distances Nord-sud qui peuvent aller même à 900 Kms, avec un mouvement de plus de 1400 conteneurs alors qu’ici on parle de 2.594 lampadaires et 72 à 80 conteneurs en termes de logistique, vous pouvez comprendre que l’on a la capacité, l’on a l’habitude. Et le Congo n’est pas le premier pays où l’on a installé les lampadaires », déclare le Malien Bathily Samba, au sujet de 30 mille lampadaires installés en Guinée.

Il a pris le soin de signale qu’il n’était pas venu pour ce petit projet de 2.594 lampadaires mais plutôt pour celui de 30 mille avec le gouvernement central, mais c’est en attendant qu’il a signé celui en cours avec le gouvernement provincial, qui en avait aussi besoin pour combattre le banditisme et la délinquance perpétrés notamment par les Kuluna dans les rues obscures de Kinshasa.

Abordant l’aspect du contrat, Bathily Samba a précisé qu’il est de 13,6 millions USD pour éclairer une dizaine d’artères de la ville. Ce contrat, a-t-il dit, a été signé en mai 2022 et, en collaboration avec son partenaire bancaire et son équipementier français, la commande de panneaux solaires et des batteries a été lancée, reposant sur une lettre de crédit de 12 mois.

A la question de savoir pourquoi ses lampadaires se vendent à plus de 4.000 l’unité, il a donné la réponse ci-après:

« Comparaison n’est pas raison, il y a lampe et lampe. Depuis 2006, je suis dans les lampadaires et j’ai vu toute l’évolution des lampadaires, j’ai travaillé avec toutes sortes des sociétés que ce soient américaines, européennes ou asiatiques, j’ai une idée de ce que c’est un lampadaire ».

Il a remis aux deux journalistes tous les documents, notamment les factures, la lettre de crédit, les paiements de différentes opérations autour de ce projet, avant de les amener par la suite la nuit sur le terrain en vue de faire la différence. Ce, grâce au luxmètre de qualité entre les lampadaires installés par un concurrent sur l’avenue de l’enseignement à 4207 USD l’unité (poteau de 7 m, intensité de lumière : 1,5 à 3,5 lux, panneau solaire de 80 watts alors que les recommandations techniques en milieu urbain exigent l’intensité de 30 à 60 lux, le poteau de 9 à 10 m et la distanciation de 20 à 25 m entre deux poteaux) et les siens sur l’avenue Elengesa où le poteau est à 9 m et distancié de 25 m, l’intensité de lumière variant entre 42 à 60 lux et le panneau solaire de 270 watts, tout ce kit à 4936 USD.

eclairage avenue de lenseignement par potron

Eclairage de l’avenue de l’enseignement par une société concurrente.

eclairage avenue elengesa

Eclairage de l’avenue Elengesa par Solektra

« Mon prix en toute transparence, j’ai fait des transferts bancaires et il y a des preuves, c’est 1.790 euros pour le led, le panneau, la batterie et tout l’électronique sans génie civil. Donc, on ne parle pas de ces lampes à 1.500 USD et je vous dis de par mon expérience, les lampes qu’on vend à 1.500 USD, c’est des lampes qu’on paie à 400 ou 500 USD et on n’est pas dans la même gamme. Les miennes éclairent mieux, elles durent longtemps et si vous faites les calculs économiques après, c’est la pays qui est gagnant. Il faut savoir que dans notre coût de 4.936 USD, 56% c’est la douane et la TVA, c’est l’Etat », a poursuivi Bathily Samba.

L’ombre des concurrents déloyaux

Il a relevé qu’à la différence de beaucoup de pays où il a travail, la RDC ne dispose pas de mois qui défiscalisent le solaire.

« La TVA dans notre contrat est à 1,8 millions USD. Rien que la TVA soit 726 USD par lampadaire. La douane, transit et les frais portuaires et caution s’élèvent à 3,7 millions USD soit 1441 USD par lampadaire. Donc c’est près de 2200 USD que nous payons à l’Etat, et ça, ça ne va pas dans nos poche. Maintenant, le prix du lampadaire 1790 euros arrondis avec les frais de transport, on est à 2000 euros. Le poteau c’est à 367 euros, le support massif avec installation c’est à 318 euros, les travaux de génie civil, la logistique, l’installation par lampadaire ça nous revient à 1001 USD. Donc, le tout réuni, ça nous fait si l’on paie la douane, ça nous fait un projet qui nous coûte 14.961.381 versus le montant de 13.693.370 USD. Ce qui équivaut à 6.066 USD par lampadaire versus 4936 tel que l’on a facturé. Or, dans beaucoup de pays où nous opérons, nous faisons les offres hors taxe. Mais ici on nous a dit qu’il faut qu’on paie au moins la TVA. C’est pour ç qu’on a fait TTC », a détaille Bathily Samba.

Après avoir présenté la structure du prix, il a fait remarquer que le blocage de l’exonération obtenue a fait que le projet connaisse le retard déploré aujourd’hui alors qu’en âme et conscience, il espérait terminer ce contrat en 10 mois partant de mai 2022.

structure prix

Bathily Samba dit comprendre que la diabolisation dont il est victime et sa société, est partie le jour où l’on a inauguré l’avenue Elengasa réhabitée et éclairée.

« Le jour où l’on a allumé Elengesa, tous les concurrents ont compris que nos lampes sont 10 fois supérieures que les leurs et vous allez bien le constater sur le terrain », révèle-t-il, tout en mentionnant que de toutes les sociétés qui prestent dans la ville de Kinshasa dans les lampadaires, Solektra RDC est la seule à avoir proposé un kit d’entretien.

Trop de spéculations

Et Bathily Samba de regretter : « On parle de détournement ! Quelqu’un qui veut détourner ne prend pas 30% de l’argent et fait le génie civil. Quelqu’un qui veut détourner de l’argent, il ne va pas avec 30% amener tous les équipements du projet dans le pays au port. Quelqu’un qui veut détourner de l’argent, il ne va pas garder pendant un an et demi tous ses employés et continuer à les payer. Donc, quelqu’un qui veut détourner l’argent, il prend l’argent et il part sans rien faire. Et moi, on parle de 13 millions mais rien que ce que j’ai mis en billets d’avions et en jets privés pour venir ici, l’hôtel dans cinq ans, ça dépasse 13 millions. Je pense qu’avec le temps, nous serons des héros dans ce pays. Aujourd’hui on parle parce que l’on ne sait pas de quoi l’on parle. Il y a trop peu de spécialistes. Moi, je serai à l’aise si l’on me met devant les spécialistes en solaire parce que je peux défier quiconque sur ça. Parce que mon expérience parle, mes références parlent et il n’y a pas de magie, il n’y a pas d’inconnus dans ce business que je ne connais ».

L’homme d’affaires malien insiste que la cabale contre lui est orchestrée par ses concurrents dans plusieurs projets en RDC, notamment le projet des forages où il est sous-traitant et le marché de délivrance de la carte d’identité signé avec l’ONIP.

« Ces concurrents ont réussi à drainer avec eux des politiques, des gens de l’administration pour atteindre leur but. Mais moi, je ne fais pas la politique, je fais les affaires », dénonce-t-il fermement.

Droit sur ses bottes, il est déterminé à réaliser sa part du contrat.

Jean Pérou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Léon Nguwa: «les épreuves endurées par l’UNC en 14 ans d’existence et son leader démontrent que notre destinée sera meilleure »

19 juin 2010-19 juin 2014, l’Union pour la nation congolaise (UNC) a totalisé quator…