Home Sécurité Christophe Lutundula sur l’agression de la RDC : « Nous disposons d’une arme très puissante : la mobilisation populaire »

Christophe Lutundula sur l’agression de la RDC : « Nous disposons d’une arme très puissante : la mobilisation populaire »

9 min read
0
0
fardc 1 min

Invité de l’édition spéciale « LE DEBAT » sur Top Congo FM, à New York, en marge de la 77 ème Assemblée générale des Nations Unies, le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala, est revenu sur le discours du Chef de l’État, Félix Tshisekedi Tshilombo, à cette messe mondiale de la diplomatie. Il a salué la volonté du Président de la République et de l’ensemble des institutions, y compris le parlement, de gagner la guerre de l’agression de la RDC, qui se joue sur le terrain diplomatique, militaire et au sein de l’opinion publique tant nationale qu’internationale.

Le chef de la diplomatie congolaise a soutenu que, parmi les armes redoutables dont dispose le gouvernement congolais pour faire reculer le Rwanda, soutien du M23 qui occupe Bunagana depuis trois mois, il y a notamment « la mobilisation populaire, cette unité, cette union autour de la défense de l’intégrité nationale ».

Alternance.cd vous propos une synthèse de l’interview du VPM des Affaires étrangères, faite par TOP Congo FM.

« Nous ne voyons pas les raisons pour lesquelles nous allons refuser de nous engager dans une perspective diplomatique sans faiblesse ni naïveté. Nous ne sommes pas des va-t-en-guerre. Nous, on a aucune intention de faire la guerre. La voie diplomatique est la moins coûteuse », affirme, invité du Magazine l’ÉDITION SPÉCIALE sur TOP CONGO FM, le vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, Christophe Lutundula (Photo), interrogé à New-York, en marge de l’Assemblée générale des Nations-Unies.

En « semaine de la vérité aux Nations-Unies qui, à travers leur Secrétaire Général, ont reconnu les faiblesses de la mission qu’elles ont mise en place en RDC », Christophe Lutundula estime que le Président Tshisekedi a, dans son discours, « crevé l’abcès. Je n’ai jamais vu également le président Kagame dépourvu d’arguments avec une humilité qui ne lui est pas coutumière .»

Christophe Lutundula souhaite maintenant « que nous puissions évoluer vers la solution définitive de la crise qui meurtrit notre pays et son peuple. »

Nous allons gagner

« Il ne faut pas confondre précipitation et rapidité. Nous sommes sur un terrain militaire. Il faut bien préparer les choses », répond-il à ceux qui souhaitent que la RDC fasse la guerre au Rwanda ou lance une offensive militaire sur Bunagana, cette cité du Nord-Kivu occupée depuis près de 3 mois par les rebelles du M23.

« Pourquoi dire à nos militaires d’aller combattre alors que nous voyons pointer à l’horizon une solution. (Le temps d’ocupation de Bunagana) n’est pas à comparer avec la vie de nos compatriotes » militaires.

Lire aussi Rapport des experts onusiens : Le gouvernement saisit le Conseil de Sécurité pour son examen

Pour lui, il ne faut pas demander aux FARDC « de gagner d’un claquement des doigts, même une armée la plus forte du monde, devant deux armées classiques avec cette constellation des groupes armés au sein desquelles il y a des accointances avec le terrorisme international. Mais je suis convaincu que si vous conjuguez tous ces facteurs (diplômatie, réforme de l’armée etc…) avec la volonté du Président de la République, de l’ensemble des institutions y compris le Parlement, nous allons gagner.»

Déjà pour faire reculer le Rwanda, « nous disposons d’une arme très puissante : la mobilisation populaire. C’est la première arme. C’est cette unité, cette union autour de la défense de l’intégrité nationale .»

Au problème africain, solution africaine

« Au problème africain, solution africaine. Nous ne pouvons pas donner l’impression aujourd’hui qu’aux côtés du Conseil paix et sécurité des Nations-Unies, qui fait un travail appréciable, que la communauté de l’Afrique de l’Est ne vaut pas la peine .»

D’ailleurs, révèle-t-il, « je vous donne la primeur. La semaine passée j’ai participé à une réunion, en visioconférence, du comité ministériel de l’organe chargé de la paix et de la sécurité ainsi que les questions politiques de la SADC. Nous avons discuté avec les pays membres de la SADC qui sont dans la brigade d’intervention dont la Tanzanie, l’Afrique du Sud et le Malawi. Ils ont affirmé qu’ils sont prêts à prendre le relais de la MONUSCO (dont le départ est de plus en plus exigé à cause notamment de son inefficacité à rétablir la paix à l’Est de la RDC) et même à leur charge. La force régionale est (d’ailleurs déjà) en déploiement .»

Qu’à cela ne tienne, le vice-Premier ministre des Affaires étrangères estime que « l’impatience des Congolais, ce sont des interpellations pour nous. Il y a un peu des lumières, les ténèbres ne nous empêchent plus de voir l’éclairci de l’aube qui pointe quelque part.»

Avec TOP Congo FM

PUBLICITÉ 
Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Contrat léonin à la MIBA: Une société sans représentation en RDC obtient l’exclusivité de la production

Quelques semaines après l’installation des nouveaux membres du Conseil d’admin…