Home Provinces Immixtion dans la paie des enseignants : L’archevêque de Mbandaka-Bikoro réprimande le gouverneur de l’Equateur

Immixtion dans la paie des enseignants : L’archevêque de Mbandaka-Bikoro réprimande le gouverneur de l’Equateur

8 min read
0
0

Les relations sont tendues entre l’église catholique et le gouvernement provincial de l’Equateur. Digérant mal le mandat accordé par le gouverneur au ministre provincial de la Justice pour enquêter sur la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat par la Caritas, l’archevêque métropolitain de Mbandaka-Bikoro, Mgr Ernest Ngboko Ngombe, dénonce des entorses aux règles élémentaires d’un État de droit.

Il lui a fait part de ses préoccupations dans une lettre d’indignation datée du 12 décembre 2022.

« D’aucuns savent que l’église catholique, par son réseau des écoles conventionnées, a toujours collaboré, depuis de nombreuses années, avec l’Etat pour la paie des enseignants. Que cette collaboration contractuelle ait connu des interruptions au gré des gouvernements qui se sont formés dans notre pays, cela n’a jamais interrompu la confiance mutuelle entre les deux institutions », a-t-il jeté le décor.

Dans cette correspondance, L’archevêque métropolitain de Mbandaka-Bikoro a rappelé qu’en matière de paie des enseignants, son archidiocèse agit dans le cadre du protocole d’accord sur la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat conclu entre le gouvernement de la République démocratique du Congo et la société de microfinance/institution financière pour les œuvres de développement société anonyme (SMS IFOD SA), qui est une institution de l’église catholique, de février 2019.

« Dans ce protocole, a-t-il précisé, par gouvernement de la République, il faut entendre le ministre du Budget, le ministre de la Fonction publique et le ministre des Finances et IFOD accomplit ses obligations contractuelles vis-à-vis du gouvernement en travaillant avec les différentes diocèses de l’église catholique présents en RDC ».

Il a ensuite, démontré que l’archidiocèse de Mbandaka-Bikoro n’a jamais connu de son propre gré de retard, accumulé d’arriérés de salaires dans la paie, ou d’autres irrégularités susceptibles de créer des conséquences fâcheuses pour l’enseignement.

Lire aussi Sankuru : Des fonctionnaires de l’État dénoncent des ponctions sur leurs salaires

« Comment est-il possible qu’il soit donné mandat à un ministre de la Justice de venir enquêter sur un domaine qui fait l’objet d’une convention écrite entre le gouvernement central et les structures de l’église catholique en RDC, notamment l’IFOD et la Caritas Congo, sans être appelé par les parties concernées ou sans qu’il soit prouvé qu’elles aient incapables de résoudre le différend? N’est-ce pas là l’usage du droit de la force et non de la force du droit ? N’est-ce pas là un exemple clair d’abus de l’autorité qui devrait être au service de la Nation? », a protesté Mgr Ernest Ngboko.

Le gouverneur sommé de s’expliquer

Avec fermeté, le numéro un de l’archidiocèse de Mbandaka-Bikoro a fait savoir au gouverneur de l’Equateur que lui et son gouvernement sont allés au-delà de leurs compétences, usant de l’intimidation en se servant du pouvoir que l’Etat leur donne au service des citoyens.

« Comme vous êtes sensé le savoir, les questions liées à l’église catholique et à ses diverses structures sont désormais traitées par l’Accord-cadre, qui est un accord international. Il est imprudent d’ignorer ou de violer le contenu d’un tel instrument sans créer de malaise entre les hautes parties contractantes », a poursuivi l’archevêque métropolitain de Mbandaka-Bikoro.

Lire également L’église Catholique et les autorités politiques : Ces inséparables copains aux relations tumultueuses

Il a formellement invité le chef de l’exécutif provincial de l’Equateur à lui expliquer comment son ministre de la Justice doit convoquer indûment l’abbé coordinateur de la Caritas sans passer par son autorité, s’immiscer dans la paie des enseignants, arrêter les agents de la Caritas sans motif et prendre l’argent des enseignants.

« Comme il ressort du rapport circonstanciel qui m’est parvenu, a martelé Mgr Ernest Ngboko, il est nécessaire que le ministre justifie tous ses actes posés en violation des lois et des conventions ».

Contacté, le ministre provincial de la Justice promet une « réponse du gouvernement provincial dans un bref délai ».

Jean Perou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Provinces

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: Le gouvernorat de Kinshasa au centre d’une bataille entre Turcs et Indo-Pakistanais

A quelques heures de la fermeture des Bureaux de réception et de traitement des candidatur…