Home Nation Message assassin du Cardinal Ambongo à la messe papale: Un dérapage!

Message assassin du Cardinal Ambongo à la messe papale: Un dérapage!

7 min read
0
1

L’archevêque métropolitain de Kinshasa a tenu des propos durs dans son message lors de la messe papale, mercredi 1 er février 2023 à l’aéroport de Ndolo.

Intervenant après la bénédiction du Pape François, le Cardinal Fridolin Ambongo a notamment plaidé pour des élections libres. Gros couac: le chef de l’église catholique en RDC aurait déformé de passages du message approuvé par le bureau de presse du saint siège.

Il y avait le pasteur protestant François-David Ekofo, il y a désormais le cardinal Fridolin Ambongo.

Le premier avait profité de la commémoration du 17e anniversaire de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila, en janvier 2018, devant des autorités congolaises dont la première dame de l’époque et des membres de la famille présidentielle, pour dénoncer l’absence de l’autorité de l’Etat et de la justice en RDC.

Dans la cathédrale du centenaire protestante pleine du monde, Il avait décrit la situation chaotique dans laquelle vivait la RDC, dénonçant l’insouciance des dirigeants.

Lire aussi Grand angle: L’église et l’Etat, des éternels amis aux relations toxiques

« Nous devons léguer à nos enfants un pays où l’Etat existe réellement. Je dis bien réellement. Parce que j’ai l’impression que l’Etat n’existe pas vraiment. L’Etat n’existe pas réellement. Il faut renforcer l’autorité de l’Etat. Nous devons léguer à nos enfants un pays où l’Etat est réel, un Etat responsable, où tout le monde est égal devant la loi. Quand vous devez enfreindre la loi de la République, on vous arrête, on vous juge, on vous condamne comme tout citoyen… La tendance des Congolais, c’est dire: la loi est là, mais je suis au-dessus de la loi parce que je suis…», avait notamment déclaré le pasteur François-David Ekofo.

Indignation dans les rangs des prêtres

Cinq ans plus tard, c’est au tour de l’archevêque de Kinshasa, lancer à son tour une « main libre » {discours franc et assassin en jargon kinois} au successeur de Joseph Kabila et à son régime.

En effet, devant le chef de l’Etat congolais, les animateurs de presque toutes les principales institutions nationales et plus ou moins un million de personnes présentes physiquement à l’aéroport de Ndolo et de millions d’autres par les câbles et les ondes, le cardinal Fridolin Ambongo a plaidé pour des élections crédibles.

« Votre visite intervient durant une année électorale, qui est souvent source de tensions politiques, avec ce message que vous nous apportez, nous espérons se tenir des élections libres, transparentes et apaisées », a-t-il dit au souverain pontife.

Il a enchaîné que « saint père, le peuple qui vous accueille aujourd’hui est un peuple qui souffre dans son corps et dans son âme. Mais malgré ses souffrances, le peuple reste confiant et plein d’espoir ».

Lire également L’église Catholique et les autorités politiques : Ces inséparables copains aux relations tumultueuses

Même si ce message ne contiendrait rien de méchant, il poserait un sérieux problème d’éthique.

D’après quelques prêtres qui ont requis l’anonymat, la phrase du Cardinal Fridolin Ambongo relative aux élections ne figurerait pas sur le texte original approuvé par le bureau de presse du pape.

Elle aurait été insérée pour des raisons évidentes, l’archevêque de Kinshasa étant connu pour sa position tranchée envers le pouvoir.

Malheureusement pour lui, s’il a réellement modifié le message déjà approuvé, il aurait commis une sorte de dérapage, qui le ferait passer pour un cardinal peu soumis aux directives de la hiérarchie.

Jean Perou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Nation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Gouvernorat du Sud-Kivu: la Cour d’appel valide la liste des candidats retenus par la CENI

Pas de repêchage pour les candidats gouverneurs et vice-gouverneurs du Sud-Kivu recalés pa…