Home Nation Contrat chinois : premières arrestations enregistrées à l’ACGT

Contrat chinois : premières arrestations enregistrées à l’ACGT

4 min read
0
0

Trois anciens responsables de l’Agence congolaise des grands travaux (ACGT), suspectés d’être impliqués dans la surfacturation des travaux des infrastructures prévues dans le cadre de la Convention de collaboration entre le Groupement d’entreprises chinoises (GEC) et l’État congolais, appelée communément contrat chinois sont aux arrêts.

Les anciens directeurs généraux M.Bisimwa et Charles Médard Ilunga, ainsi que l’ancien directeur en charge des finances, Willy Mbonda, ont été mis en détention, vendredi 7 avril 2023 par le parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe.

Ils sont poursuivis pour surfacturation des travaux (détournement de deniers publics) sur base des conclusions du rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) après son enquête sur le contrat chinois.

Dans ce rapport, l’IGF a révélé la surfacturation à outrance de la quasi-totalité d’ouvrages réalisés.

Lire aussi Contrat chinois : La justice s’en mêle, Jules Alingete auréolé

Accusées d’avoir floué l’État congolais, les entreprises chinoises ont à leur tour accusé l’ACG et l’Agence de pilotage, de coordination et de suivi des conventions de collaboration signées entre la RDC et les partenaires privés (APCSC), ex-Bureau de coordination et de suivi du programme sino-congolais (BCPSC) d’être à la base de cette surfacturation qui a par exemple fait que la réhabilitation d’un ancien immeuble transformé en hôpital du cinquantenaire et son équipement soient facturés à 114 millions USD.

Ce n’est que le début

Entre temps, le procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe, Robert Kumbu Phanzu avait ouvert un dossier judiciaire à charge de l’ACGT et de l’APCSC, ex-BCPSC.

Lire également Sécurité : Sylvain Mutombo et Vincent Lukanda accusés d’être impliqués dans une rocambolesque affaire de détournement présumé des produits Uranifères

En effet, dans une réquisition d’information, il avait demandé à l’inspecteur général des finances, chef de service -Jules Alingete et au directeur général du Bureau technique de contrôle (BTC), d’évaluer tous les cas de surfacturation et de détournement présumé dans ce dossier.

Les premières arrestations enregistrées à l’ACGT ne seront sans doute pas les seules, des éléments et informations crédibles ayant été versés au dossier.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Nation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

CNSS: Paiement à domicile des prestations sociales 2 ème trimestre 2024 à de bénéficiaires âgés

Une délégation de la Caisse nationale de sécurité sociale(CNSS) a effectué des descentes s…