Home Nation Lions clubs international: le district 409 tient sa 63 e convention à Kinshasa

Lions clubs international: le district 409 tient sa 63 e convention à Kinshasa

11 min read
0
0

Kinshasa accueille, de ce jeudi 25 au samedi 27 avril 2024, la 63 e convention de district 409 de Lions clubs international. Les participants venus de quatre pays qui composent ce district, à savoir le Burundi, le Congo Brazza, la République démocratique du Congo et le Rwanda, vont faire le bilan des activités sur un an et se pencher sur les perspectives. En marge de ces assises, une conférence-débat a été organisée ce mercredi 24 avril à Hilton hôtel, autour du thème : «l’impact du leonisme dans la société africaine: origine et évolution ».

La conférence a été animée par le professeur Toussaint Tshilombo, fondateur de Leo club «Kinshasa Boyokani » et a connu la participation d’autres lions dont Vincent Gomez, candidat au poste de président international de Lions clubs international et d’autres dirigeants du district 409.

L’orateur principal, qui devait partager la tribune avec le professeur Raphaël Nyabrirungu(ce dernier a eu un empêchement), a indiqué que la tradition chez les lions est que la journée qui précède le début de la convention est consacrée aux Leo clubs, qui sont une organisation de jeunes de Lions clubs international, pour les encourager à développer des qualités de leadership, en participant à des actions sociales de service.

Pas une secte ou une loge

Prof Toussaint Tshilombo pendant la conférence

Le professeur Toussaint Tshilombo a attiré l’attention des participants sur le fait que la particularité des lions est qu’ils posent des actions caritatives sans tambour. Une manière pour lui de lever les équivoques sur les interprétations erronées que des gens se font du leonisme.

« Souvent lorsqu'on entend parler du leonisme, la première chose qui saute à tête de quelqu'un, « ce sont des histoires occultes, ce sont des histoires des magiciens, ce sont des histoires mystérieuses, et les gens ont beaucoup d'interprétations par rapport à cette association », a-t-il déploré.

Les clubs Rotary de Kinshasa prévoient d’offrir des soins de santé gratuits à au moins 10.000 personnes en octobre

Le professeur Toussaint Tshilombo a opposé à ces stéréotypes des faits historiques telle que la contribution de Lions club international à la création de l’ONU en 1945.

« L'histoire du leonisme, a-t-il démontré, évolue avec l'histoire du monde. Nous sommes dans le deuxième centenaire du leonisme…»

Servir les autres

Une vie des lions pendant la conférence

Le Lions clubs est en Afrique depuis 1953. C’est une association de club service. Elle a été créée en 1917 aux USA par Melvin Jones, un assureur de province.

Elle s’est très rapidement étendue dans presque tous les pays du monde et est présente actuellement dans plus de 200 pays et aires géographiques.

Cette association est la plus grande et importante organisation de clubs philanthropique, caritative et humanitaire au monde avec ses 1 400 000 membres répartis dans plus de 49 000 clubs.

«Lorsqu'on est lion, souvent les personnes qui nous regardent au loin ont tendance à croire que ce sont des personnes suffisantes, qui veulent montrer qu'elles ont réussi. Mais ils oublient que ce sont des personnes qui consacrent leur vie à pouvoir soulager tant soit peu certains problèmes surtout d'ordre social au sein de la société. Et la plus grande œuvre qui a marqué le monde, c'est en 1885, il y a eu une catastrophe naturelle au Mexique où les Lions se sont vraiment manifestes », a expliqué prof Toussaint Tshilombo.

L’ancien ministre de l’Information a renchéri que contrairement aux personnes qui font des bruits parfois pour des petites actions, les Lions vont vers les nécessiteux pour répondre aux besoins qui se présentent.

« La devise du leonisme c'est « servir ». Pour servir, il faut d'abord aimer son prochain. On ne peut pas servir si on ne l'aime pas. On ne peut pas se sacrifier pour quelqu'un si on ne l'aime pas. Et vu que les pays d'Afrique étaient en train de sortir petit à petit du colonialisme, il a fallu qu'il y ait des gens dans un mouvement apolitique, caritatif, un mouvement de l'humanisme, qui a fait qu'on puisse commencer à poser des actes envers les démunis », a -t-il précisé.

Des actions à impact visible à Kinshasa

En parlant justement de l’aide apportée aux démunis, il faut dire que Lions Clubs international a posé plusieurs actions en faveur des défavorisés de Kinshasa. On peut énumérer entre autres, le financement à hauteur de dix millions de dollars de la construction et équipement d’un hôpital moderne dans la commune de Masina, dans la ville de Kinshasa, de milliers des tricycles remis aux personnes à mobilité réduite…sans compter le fait que chaque année, les Lions se mobilisent pour une cause décidée pendant la convention.

Me Vincent Gomez pendant la conférence

De son côté, Vincent Gomez a encouragé les jeunes à adhérer au Lions clubs international, en soutenant que les leo sont « la force montante d’une société civilisée et qui se veut organisée ».

Cet avocat et mécène congolais (du Brazza) de renommée internationale, a affirmé que ce club service international de bénévoles se présente là où il y a un besoin.

Les participants ont profité de cette conférence pour encourager les jeunes à côtoyer les grands et à rêver grand pour devenir grands. Ils ont relevé le fait que les « amis lions» sont en réseau, qui ouvre des portes et des opportunités aux uns et aux autres.

C’est dire que contrairement aux idées véhiculées, le Lions clubs international est une organisation qui vient en aide aux autres et n’a rien à voir avec les étiquettes qu’on lui colle.

Pami Halele

Message assassin du Cardinal Ambongo à la messe papale: Un dérapage!
Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Nation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Annulation du projet migratoire entre le Rwanda et le Royaume-Uni: le redoutable lobbying du Dr Denis Mukwege à l’international

Londres a abandonné son projet controversé d’expulser des migrants vers le Rwanda, quelque…