Home Economie Congo Airways: Si on avait écouté Désiré Balazire…

Congo Airways: Si on avait écouté Désiré Balazire…

6 min read
0
0

Congo Airways a annoncé la suspension temporaire de ses activités pour maintenance de ses trois avions tous cloués au sol. C’est peut-être une fin tragique pour l’unique compagnie nationale d’aviation de la République démocratique du Congo. L’ancien directeur général de cette société, Désiré Balazire, avait en son temps prévenu le gouvernement sur le fait que la baisse de 40% du prix du billet d’avion était une mesure populiste et irrationnelle qui précipiterait la faillite de Congo Airways.

Au cours d’une interview accordée à top Congo FM, l’actuel directeur général de Congo Airways, José Dublier Lueya, a confirmé que « la compagnie nationale Congo Airways va suspendre ses opérations », ses avions devant aller en maintenance, «  plus précisément les moteurs qui vont aller en révision, en shop selon le programme de la direction technique approuvé par le management ».

Il a expliqué qu’un montant de 14 millions de dollars américains est nécessaire pour l’achat de deux moteurs par avion afin de réhabiliter au plus vite la compagnie nationale sur un montant total de 33 millions de dollars américains exigés pour relancer complètement les trois appareils.

Ces difficultés auraient pu être résolues en temps si le gouvernement avait pris en considération les avis de l’expert du transport aérien, de surcroit ancien DG de Congo Airways, Désiré Balaziré.

Ce dernier avait épinglé, en mai 2022, dix causes majeures qui selon lui, sont à la base des problèmes dans l’aéronautique civil en République démocratique du Congo.

Ces dix causes sont:

1. De la baisse de 40% du prix du billet décidée par Jean-Marie Kalumba, ministre de l’économie déchu. La baisse de tarifs des billets d’avion a privé Congo Airways de 40% de ses revenus et a précipité la faillite de l’entreprise. Une décision purement politique et irrationnelle, dénonce D. Balazire.

2. La création de AIR CONGO, une nouvelle compagnie aérienne publique, en partenariat avec Éthiopian Airlines. « Cette décision ne répond à aucune logique économique. Comment l’Etat peut-elle créer une autre compagnie nationale pendant qu’il y a une compagnie nationale créée avec des fonds publics et qui a fait ses preuves ? », avait-il asséné, ajoutant que « la stratégie se fait uniquement en fonction des intérêts d’Ethiopian Airlines ».

3. Subventions de l’Etat  irrégulières et modiques envers CONGO AIRWAYS, malgré la pandémie de Covid-19.

4. Subventions inexistantes pour le secteur du transport aérien.

5. CONGO AIRWAYS et des privés exploitent des lignes déficitaires sans contreparties des pouvoirs publics.

6. Prix élevé du carburant aérien (Jet A1). Il est supérieur à la moyenne dans la sous-région. 

7. Le coût élevé de la maintenance.

8. Le coût élevé de la fiscalité et de la parafiscalité.

9. Le coût élevé des pièces de rechange.

10. La concurrence déloyale des compagnies aériennes étrangères.

Contrairement à une certaine opinion qui condamne le gouvernement de l’époque pour avoir acheté des avions de seconde main à la place des avions neufs, Désiré Balazire a soutenu que la décision de recourir aux avions d’occasion répondait au double impératif de répondre au besoin urgent de désenclavement des provinces d’une part, et le temps d’attente de livraison des avions neufs, d’autre part.

Junior Lomanga

ANNONCE 
Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: ce que l’on sait de l’attaque de la résidence de Vital Kamerhe ce dimanche

La résidence du vice-premier ministre sortant de l’Economie nationale, située dans l…