Home Société L’évêque émérite Nicolas Djomo écrit à alternance.cd

L’évêque émérite Nicolas Djomo écrit à alternance.cd

12 min read
0
0

DROIT DE RÉPONSE

Cher Monsieur,

Au monastère des Pères Augustiniens de San Diego où je me trouve en séjour de ressourcement spirituel et de repos, j’ai reçu votre article diffamatoire au titre très osé : « Exclusif : L’ex-évêque Nicolas Djomo embourbé dans une affaire de détournement de plus de 6 millions USD aux États-Unis ». Après lecture de votre article, j’ai été envahi par une paix profonde et une conviction toute évangélique, à savoir que « le disciple n’est pas plus que son maître, ni le serviteur plus que son Seigneur » (Matthieu 10,24). En effet, si le Seigneur Jésus a été humilié, ridiculisé, persécuté et tué, alors qu’il est passé partout en ne faisant que le bien (cf. Actes des Apôtres 10,38), je ne peux pas, moi pauvre pécheur, attendre un traitement différent de celui qu’il a subi.

Les messages d’étonnement, d’incompréhension, d’indignation et d’interrogation sur votre article que j’ai reçus, m’obligent à recourir au mécanisme de droit de réponse reconnu à chacun. Je le fais, non pas vraiment pour me justifier, mais pour rassurer les enfants de Dieu de Tshumbe et d’ailleurs qui me font confiance. Les fidèles du Tshumbe ont vu ce que le diocèse a réalisé pour eux et parmi eux au cours de 25 années de mon épiscopat, notamment grâce au partenariat privilégié que j’ai initié avec certains diocèses des États-Unis. C’est à eux que je consacre ces lignes.

Vous avez inventé des chiffres de financement qui ne correspondent certes pas à la réalité, mais qui donnent à penser. En effet, votre article fait croire que l’évêque émérite de Tshumbe aurait reçu plus de 6 millions qu’il aurait totalement détournés. Et pourtant, le partenariat entre le diocèse de Tshumbe et certains diocèses des États-Unis a duré plusieurs années. Il s’agissait des financements annuels. Pensez-vous qu’à l’heure du numérique et des réseaux sociaux, les partenaires du diocèse auraient été si naïfs et si irresponsables pour continuer à financer un partenaire qui détournait tous les fonds sans aucune réalisation sur le terrain ? Étaient-ils vraiment naïfs au point de visiter le diocèse de Tshumbe à plusieurs reprises et d’accorder un statut de partenaire privilégié à son évêque d’alors, sans rien voir comme réalisations sur le terrain ? Comment continuer avec des campagnes de mobilisation des fonds sur le sol américain, sans présenter les réalisations des précédentes campagnes ?

Le lieu ne me semble pas approprié pour m’étaler sur les réalisations du diocèse de Tshumbe sous mon épiscopat. L’histoire et les personnes de bonne volonté s’en chargeront, comme l’ont fait dernièrement d’éminents professeurs d’universités dans les Mélanges qu’ils m’ont dédié en 2021. Je voudrais simplement évoquer quelques grandes réalisations du diocèse qui justifient l’utilisation de l’argent des partenaires, notamment américains. Je cite entre autres les grandes constructions (Évêché, Centre Emmaüs, Université Notre Dame de Tshumbe, églises paroissiales et presbytères, écoles, hôpitaux et centres de santé, etc.) ; le grand projet d’adduction d’eau pour les populations de Tshumbe et Dikongo ; les différentes aides humanitaires au plus fort de la guerre. Pendant des longues années, le fonctionnement du diocèse et la prise en charge matérielle du personnel apostolique ont été assurés grâce, en grande partie, à ces fonds. Toutes les preuves et rapports financiers sont disponibles pour consultation et vérification à l’évêché. Les bienfaiteurs reçoivent régulièrement les rapports narratifs et financiers, avec photos des réalisations à l’appui. Certains venaient au diocèse visiter l’utilisation de leur argent et repartaient toujours très satisfaits. D’ailleurs, les financements d’autres projets sont souvent conditionnés à la bonne gestion et réalisation des projets antérieurement financés. Je l’ai compris à temps, je l’ai respecté et fait respecter et c’est ce respect qui a permis que le diocèse bénéficie jusqu’à ce jour de tant d’appuis des partenaires.

Par ailleurs, pour crédibiliser davantage l’action du diocèse dans ce domaine, j’avais instruit tous les services du diocèse de collaborer directement et étroitement avec la Caritas américaine, Catholic Relief Services (CRS), pour garantir la transparence. Même l’argent mobilisé lors des prédications de l’évêque aux États-Unis passait par CRS qui supervisait ou suivait les travaux sur le terrain. Ces travaux étaient menés par les services compétents du diocèse (Caritas-Développement, Bureau Diocésain des Œuvres Médicales, Bureau Diocésain de Développement, économat diocésain, etc.).

Ceux qui connaissent ce fonctionnement du diocèse dans la gestion des projets, ont trouvé vos allégations abominables et contraires à la charité, à la vérité et à la justice. Pour ma part, en serviteur inutile de l’Évangile, je vous accorde mon pardon. Mais, en même temps, je vous invite à respecter la déontologie de votre métier de journaliste qui ne vous autorise pas à publier des allégations non fondées, simplement parce que vous avez été probablement manipulé par des personnes aux motivations obscures. Détruire la réputation d’une personne par des contre-vérités est une violation grave de la déontologie de votre métier. J’interpelle votre conscience professionnelle et je vous invite à vous corriger en conséquence.

Faire la sommation des fonds qu’une institution aurait reçus pour la réalisation des projets et clamer que c’est le montant détourné, alors que tous les fonds ont été utilisés dans les buts pour lesquels ils ont été accordés, c’est d’une malhonnêteté inqualifiable et cela relève de la pure diffamation.

Pour ma part, je ne peux que redire ma joie et ma satisfaction d’avoir pu servir l’Église et la société, comme prêtre et comme Évêque, en toute humilité. Je n’ai fait que ce que Dieu et son Peuple pouvaient attendre de moi. Grand est mon devoir de reconnaissance envers Dieu ainsi qu’envers tous ceux qu’Il a placés sur mon chemin pour l’accomplissement de mes charges sacerdotales et épiscopales.

Fait à San Diego, le 04 novembre 2023,

+Nicolas Djomo

Évêque émérite de Tshumbe

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Léon Nguwa: «les épreuves endurées par l’UNC en 14 ans d’existence et son leader démontrent que notre destinée sera meilleure »

19 juin 2010-19 juin 2014, l’Union pour la nation congolaise (UNC) a totalisé quator…