Home Politique Vers un hold-up électoral aux législatives provinciales au Sankuru : L’UDPS voudrait se fabriquer une majorité

Vers un hold-up électoral aux législatives provinciales au Sankuru : L’UDPS voudrait se fabriquer une majorité

5 min read
0
0

Après la publication des résultats des législatives nationales et sa corolaire d’accusations de nominations de députés nationaux par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), place aux législatives provinciales. Les informations en provenance du Sankuru renseignent qu’une vaste opération de fabrication de députés provinciaux, tous de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) serait en cours.

Objectif: s’offrir frauduleusement une majorité préfabriquée à l’Assemblée provinciale en vue d’imposer un gouverneur à la tête de cette province.

Les populations Sankuroises commencent à se faire des idées sur les bénéficiaires des mauvais scores obtenus par les partis politiques naturels et historiques du Sankuru aux législatives nationales. Alors que de questions fusent de partout au sujet de la surprenante réussite du regroupement politique AAAP, qui a raflé quatre sièges sur les quatorze que compte cette province à l’Assemblée nationale alors qu’il n’y est pas implanté, une autre formation politique non véritablement implantée au Sankuru est sur le point de faire mordre de la poussière aux partis politiques bien implantés.

En effet, d’après des informations (à prendre avec des pincettes) obtenues de sources bien introduites, l’UDPS chercherait à s’octroyer 2 sièges à Katako-Kombe, 3 à Lodja, 1 à Lubefu, 1 à Lumumbaville, 1 à Lusamboville, 1 à Lusambo territoire et 1 à Kole.

Du coup, le parti présidentiel voudrait s’offrir sans forcer le gouvernorat du Sankuru sur un plateau.

Ce, alors que le gouverneur UDPS actuel, Jules Lodi, a lamentablement échoué aux législatives nationales à Katako-Kombe, récoltant moins de 5000 voix et surtout n’a pas construit même une toilette publique tout au long de son mandat marqué par de scandales dont celui sexuel, d’une femme qui l’accuse de l’avoir exploitée sexuellement pendant plus d’une année.

Le plus grand perdant de ce hold-up électoral qui se dessine aux législatives provinciales dans le Sankuru est sans doute la population, elle qui a vu les cinq ans du premier mandat du président Félix Tshisekedi filer comme une soirée d’un premier rencart plein de promesses non réalisées, faute d’un leadership compétent, éclairé et visionnaire à la tête de la province.

D’ores et déjà, ça court dans tout Lodja, tout Katako et tout Lomela, territoires historiquement révolutionnaires, qu’il ne sera pas question de laisser la CENI nommer des députés provinciaux comme ça aurait été le cas aux législatives nationales.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le combat de dignité du Dr Denis Mukwege en faveur de la femme congolaise à travers la réparation de la fistule et du prolapsus dans des villages enclavés

Dans les contrées reculées et les villages isolés de la République démocratique du Congo, …