Home Economie Marche annoncée à la Miba: De subterfuges pour bloquer l’installation des administrateurs représentant l’acquéreur des parts de la SIBEKA

Marche annoncée à la Miba: De subterfuges pour bloquer l’installation des administrateurs représentant l’acquéreur des parts de la SIBEKA

6 min read
0
0

Les congolais vont-ils assister, au cours du deuxième mandat du président Félix Tshisekedi, à de roitelets qui violeraient impunément les décisions prises par le chef de l’État ? La question mérite d’être posée au regard des tentatives de certains dirigeants de la Minière de Bakwanga (Miba), de passer outre la dernière ordonnance présidentielle en correction de celle précédente, portant nomination des membres du Conseil d’administration de cette entreprise publique.

Visiblement non contents de voir le président de la République conformer la gestion de la Miba au droit OHADA et à la revendication de l’entreprise chinoise qui a racheté les parts de la société belge SIBEKA, actionnaire minoritaire, certains gestionnaires surfent sur l’ignorance des nouveaux textes par la population locale pour l’induire en erreur.

En effet, une structure dénommée « le collectif des enfants Miba » appelle à une marche dite pacifique en date du 3 février prochain. Objectif annoncé : « Dire non à toute tentative de retour de la SIBEKA car elle nous a abandonnés durant plus de 30 ans au moment où nos vie étaient sacrifiées ».

A première vue, on serait tenté de croire que les revendications affichées sont fondées. Que de l’arnaque! Pourquoi ?

C’est parce qu’à ce jour, la SIBEKA n’est plus actionnaire à la Miba. Elle ne reviendra plus. Elle a vendu ses parts(20%) à une entreprise chinoise.

C’est justement en réponse à la revendication de cet actionnaire minoritaire, d’être représenté au Conseil d’administration de la Miba, que le président Félix Tshisekedi a signé une autre ordonnance il y a quelques semaines, portant nomination de trois nouveaux administrateurs dont deux Chinois et une congolaise. Ce qui a ramené le nombre total d’administrateurs à douze.

Gros problème : les trois administrateurs représentant la partie chinoise au Conseil d’administration de la Miba ne sont toujours pas entrés en fonctions.

Selon nos sources, de dirigeants actuels de la Miba refuseraient de leur faciliter l’installation. Ce, alors que leur arrivée est une étape décisive dans la relance de la Miba, les chinois ayant mis du paquet pour remettre en marche cette société mixte dont 80% des actions sont détenues par l’Etat congolais.

Une erreur à ne plus reproduire

La marche précitée des prétendus enfants de la Miba susmentionnée est donc un des stratagèmes de ces dirigeants véreux, pour décourager les investisseurs et surtout le chef de l’État, lui qui n’a cessé de réitérer son engagement à relancer la Miba.

Heureusement que dans son discours d’investiture pour son second mandat à la tête du pays, Félix Tshisekedi a affirmé avoir tiré les leçons de « l’expérience passée » et juré d’user de ce qui est en son pouvoir « pour que les erreurs du passé ne se reproduisent plus ».

D’aucuns pensent que ceux qui bloquent l’installation des représentants de la partie chinoise, acquéresse des parts de la SIBEKA dans la Miba, sont à mettre dans le lot des erreurs du passé.

D’ailleurs, c’est notamment à cause de la mauvaise gouvernance des dirigeants qui se sont succédés que la MIBA a sombré et a perdu son actionnaire minoritaire SIBEKA, découragé, qui pourtant était pour beaucoup dans son fonctionnement.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Jean-Claude Baende à Jean-Pierre Bemba: « Je sais Je sais que tu as l’habitude de créer des conflits avec tout le monde »

Entre le député national Jean-Claude Baende et le vice-premier ministre de la Défense nati…