Home Nation Levée du moratoire sur la peine de mort: La Voix des sans voix préconise plutôt des sanctions exemplaires

Levée du moratoire sur la peine de mort: La Voix des sans voix préconise plutôt des sanctions exemplaires

4 min read
0
0

La levée du moratoire sur la peine de mort suscite des vagues en République démocratique du Congo. La décision prise par le Conseil supérieur de la défense le 5 février 2024 a mis les défenseurs des droits de l’homme dans tous leurs états. C’est le cas de l’ONG la Voix des sans voix pour les de l’homme (VSV), qui appelle le président de la République à faire marche arrière.

Abolie depuis 2002, la peine de mort pourra de nouveau être appliquée contre les militaires, haut gradés et autres personnes accusées de haute trahison pendant la crise sécuritaire causée par la guerre d’agression rwandaise sous couvert de ses supplétifs terroristes de la coalition RDF/M23.

En sa qualité de commandant suprême des forces armées et garant du bon fonctionnement des institutions, le président Félix Tshisekedi a été invité par le Conseil supérieur de la défense, de permettre la réaction de la peine de mort.

La VSV invite le chef de l’État à ne pas répondre à cette demande qu’elle considère comme un recul dans la protection des droits humains.

L’ONG de défense des droits de l’homme fonder par feu Floribert Chebeya reconnaît la nécessité de défendre la souveraineté et la sécurité nationales, mais voit d’un mauvais oeil l’application de la peine de mort.

A la place de la peine capitale, elle plaide pour l’application des sanctions exemplaires conformément à la loi. Elle préconise entre autres des condamnations à la prison à vie, des radiations des forces de sécurité et de défense pour tout traître etc.

La VSV fait remarquer que le droit à la vie est garanti par la constitution de la République démocratique du Congo, la Charge africaine des droits de l’homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Il faut dire que des spécialistes du droit relèvent qu’il serait risqué de lever le moratoire dans un contexte où même le président de la République a reconnu les failles de la justice congolaise.
Ceux qui sont de cet avis redoutent des condamnations à mort sur fonds de considérations extrajudiciaires.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Nation
Comments are closed.

Check Also

RDC: le Syeco plaide auprès de Judith Suminwa pour la bonne gouvernance des fonds alloués à l’EPST

La première ministre, Judith Suminwa Tuluka, poursuit ses consultants en vue de la formati…