Home Sécurité Guerre d’agression : Le ton monte entre les États-Unis et le Rwanda

Guerre d’agression : Le ton monte entre les États-Unis et le Rwanda

6 min read
0
0

Les États-Unis d’Amérique semblent ne plus caresser le Rwanda dans le sens du poil. Ils ont condamné samedi 17 février, l’escalade de la violence dans l’est de la République démocratique du Congo et exigé l’arrêt du soutien rwandais au M23. Ce n’est pas la première fois, sauf que cette fois-ci, cela n’a pas plu à Kigali qui, par le biais de son chef de la diplomatie, demande des éclaircissements à Washington.

Dans un communiqué publié samedi dernier, les États Unis ont été clairs, appelant notamment le Rwanda à « retirer ses systèmes de missiles sol-air, qui menacent la vie des civils, des soldats de la force de l’ONU, d’autres forces de maintien de la paix régionale et d’humanitaires ».

Ils ont appelé à la fin des hostilités et au retrait du M23, soutenu par le Rwanda.

"Les États-Unis condamnent fermement l'escalade de la violence dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) provoquée par les actions du groupe armé M23, soutenu par le Rwanda et sanctionné par les États-Unis et l'ONU, y compris ses incursions dans la ville de Sake(…)Cette escalade menace la vie de millions de personnes (…) Nous appelons le M23 à cesser immédiatement les hostilités et à se retirer de ses positions actuelles autour de Sake et Goma", a déclaré le porte-parole du département d’État, Matthew Miller.

Ce message a été publié dans un contexte où les combats se sont intensifiés ces derniers jours entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les terroristes de la coalition RDF/M23 autour de la cité de Sake, située à une vingtaine de kilomètres de la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Sonné, le Rwanda panique et se permet de demander à Washington s’il a changé de politique à son égard.

"La déclaration publiée par le Département d'État américain le 17 février 2024 déforme fondamentalement ces réalités, et se trouve en contradiction étonnante avec le contenu et le ton du processus de renforcement de la confiance initié par le Directeur du renseignement national américain en novembre 2023, qui a créé un cadre constructif pour la désescalade. Le Rwanda demandera des éclaircissements au gouvernement américain pour déterminer si sa déclaration représente un changement brusque de politique ou simplement un manque de coordination interne", indique le communiqué du ministère rwandais des Affaires étrangères.

Alors que tous les observateurs régionaux et internationaux et même les Nations Unies sont au courant de son soutien avéré aux M23, Kigali se dit « profondément préoccupé par l’abandon des processus de Luanda et de Nairobi par le gouvernement de la RDC et par l’indifférence de la communauté internationale face au renforcement militaire spectaculaire de la RDC ».

D’aucuns pensent que c’est un bon signe pour Kinshasa, qui ne devrait pas baisser la pression sur tous les fronts (militaire, diplomatique, économique et médiatique) qu’elle a ouverts pour se défendre contre l’agression rwandaise dont il victime.

Jean Pérou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le Syeco plaide auprès de Judith Suminwa pour la bonne gouvernance des fonds alloués à l’EPST

La première ministre, Judith Suminwa Tuluka, poursuit ses consultants en vue de la formati…