Home Economie Opposé à la fragilisation du contrôle au sein de l’État : L’ODEP en croisade contre la campagne anti-IGF

Opposé à la fragilisation du contrôle au sein de l’État : L’ODEP en croisade contre la campagne anti-IGF

5 min read
0
0

L’Observatoire de la dépense publique (ODEP) a dans un communiqué publié jeudi 22 février 2024, fustigé les attaques orchestrées à travers les médias et les réseaux sociaux, par de personnes issues du milieu politique contre l’Inspection générale des finances (IGF). Elle redoute une démarche visant à rendre faible, sinon à faire cesser tout contrôle de gestion financière au sein de l’appareil de l’État.

Cette organisation non gouvernementale œuvrant en faveur de la transparence dans la gestion des finances publiques dénonce une campagne de diffamation et de déstabilisation visant l’institution dirigée par l’inspecteur général des finances, chef de service, Jules Alingete.

Elle exhorte le président de la République, Félix Tshisekedi, à mettre fin aux agissements des prédateurs financiers.

"Comme on peut le constater, restaurer la fonction de contrôle au sein de l’État congolais est un énorme défi que toute notre communauté nationale doit relever, au lieu de créer des associations de malfaiteurs proches du chef de l’État, dans sa cour la plus proche pour déstabiliser, discréditer, diaboliser et fragiliser la fonction de contrôle au sein de l’État, avec comme cible : l’IGF qui a su résister contre tous les antivaleurs qui gangrènent la gouvernance de notre pays", peut-on lire dans le communiqué de l'ODEP signé par son PCA, Florimond Muteba.

Il affirme que l’IGF fait montre d’une lutte acharnée contre la corruption, les antivaleurs et la mauvaise gouvernance en République démocratique du Congo et rejette catégoriquement toutes les accusations la visant.

« L’ODEP lance un appel au président de la République qui sait très bien d’où vient le complot contre l’IGF, qui sont les instigateurs. Pour éviter que les succès comme celui de la SICOMINES ne soient anéantis et que le découragement envahisse les acteurs de la lutte contre la corruption, dont les résultats sont immédiatement visibles, c’est-à-dire, les 10 points gagnés par notre indice de perception de la lutte contre la corruption et les 7 milliards de dollars pour les infrastructures obtenus lors de la révision de l’accord sino-congolais », poursuit l'ODEP.

Ce, après avoir fait remarquer que « l’Etat de droit et la démocratie ne doivent pas se situer uniquement sur le plan politique, mais se manifester également dans la lutte contre le coulage des recettes, l’évasion et la fraude fiscale, la limitation des exonérations et par le respect rigoureux de la loi sur les marchés publics ».

Heureusement que le chef de l’État couvre totalement l’Inspection générale des finances de sa protection. Félix Tshisekedi a tenu à le souligner dans sa conférence de presse du jeudi dernier, en faisant un clin d’œil à l’IGF, « ce chien méchant là qui aboie à la moindre bêtise ».

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La corruption de l’élite congolaise : Un véritable cancer !

Tribune de François Ndjeka Wandja Une révolution philosophique s’avère aujourd’hui plus qu…