Home Economie Grand reportage: la SNEL s’équipe pour l’amélioration de la desserte en électricité dans le Grand Katanga

Grand reportage: la SNEL s’équipe pour l’amélioration de la desserte en électricité dans le Grand Katanga

17 min read
0
0

La demande croissante en électricité dans la partie sud de la République démocratique du Congo en général et les provinces minières du Haut Katanga et Lualaba en particulier reste un défi majeur pour la Société nationale d’électricité(SNEL). Celle-ci fournit des efforts considérables pour être à la hauteur des défis.

Alors que le besoin en électricité dans cette zone est estimé à ce jour à plus de 2000 MW, la SNEL SA n’en dispose que d’au moins 40%. L’État congolais, actionnaire unique au sein de cette entreprise publique, est appelé à prendre ses responsabilités pour doter la SNEL SA des infrastrures à la hauteur des defis énérgetiques actuels.

En attendant, les responsables de la SNEL SA n’ont pas croisé les bras. Ils tentent par tous les moyens pour maintenir les différents équipements en service afin de ne pas disparaître comme plusieurs entreprises du portefeuille de l’Etat, actuellement sous anesthésie ou en faillite non déclarée.

Ainsi, conscient de la lourde responsabilité qu’est sienne, le directeur général Fabrice Lusinde wa Lusinde Kabemba tient-il fermement à relever ce défi avec toute son équipe qui travaille sans relâche, pour garantir une fourniture permanente d’électricité aux différents abonnés, qu’ils soient en HT, MT ou encore en BT. A cet effet, plusieurs investissements sont réalisés et d’énormes ressources ont été mobilisées en interne comme en externe dans le cadre de la mise en œuvre d’un plan d’investissement de la SNEL.

De la production à la distribution en passant par le transport, plusieurs équipements, devenus vétustes par manque d’entretien pendant de nombreuses années, ont été soit réhabilités partiellement ou totalement, soit carrément remplacés, au cours de ces dernières années. Modernisation oblige.

Selon un constant fait sur place, certains travaux ont été finalisés et des ouvrages mis en service, tandis que d’autres sont en cours de réalisation.

Des équipements à l’épreuve de l’usure

En parlant justement de la production électrique, il a été remarqué que plusieurs équipements n’avaient jamais connu de travaux de réhabilitation après leur mise en service il y a de cela plusieurs décennies. Pourtant, il est recommandé une maintenance régulière pour certains et d’autres, chaque cinq ans voir meme dix ans d’exploitation, pour assurer leur bon fonctionnement. Cette situation a entraîné l’arrêt total ou partiel de certaines centrales hydroélectriques.

Pour ceux qui ont résisté à l’usure, le rendement attendu n’était plus à la hauteur. La SNEL s’est donc retrouvée dans l’impossibilité de satisfaire la demande qui elle, n’a cessé de croître au fil des années, surtout avec le boom minier du Katanga.

De partenariats public-privé salvateurs

Avec la bénédiction de l’Etat congolais, la SNEL SA a conclu des partenariats publics- privés avec des entreprises minières qui avaient besoin d’une quantité importante d’énergie pour faire tourner leurs usines metalurgiques. Cette politique lui a permise de réhabiliter de nombreux équipements pour faire face non seulement à la demande importante de l’industrie minière dans le Grand Katanga mais aussi de ses abonnés domestiques ainsi que d’autres industries manufacturières.

Grâce à la SICOMINES S.A: Busanga devient le premier barrage hydroélectrique du Grand Katanga (communication)

Les réalisations les plus importantes sont entre autres: la modernisation totale de la centrale de Mwadingusha située dans le Haut Katanga. Ici, tous les six groupes, y compris les équipements auxiliaires de la Centrale, ont été modernisés et sont en service depuis 2021, avec une puissance additionnelle de 9 MW, passant de 67,80 à 76,80 MW. Pour une centrale vieille de près de cent ans, cela relève d’une ingéniosité hors pair. Des travaux solaires ont été effectués également à la centrale de Nseke, située dans la province de Lualaba. La plus importante pour cette région du sud de la RDC en termes de puissance, soit 260 MW. Au total quatre groupes avec leurs auxiliaires ont subi une cure de réhabilitation. A cette liste, il faut ajouter la rehabilitation de quelques centrales hydroélectriques de la partie ouest qui ont été mises à contribution pour injecter en moyenne 500 MW actuellement sur ce réseau sud et bientot près de 1000MW, grace à la rehabilitation du G25 d’Inga 2 dont les travaux sont suffisamment avancés et G24 qui fait l’objet des discutions entre la SNEL et ses differents partenaires pour sa rehabilitation imminente.

Il faut rappeler que c’est dans ce cadre que plusieurs groupes de deux centrales d’Inga 1 et 2 ont été réhabilités. A Inga II par exemple, on peut noter les travaux de réhabilitation de six groupes qui sont en service avec une puissance de 178 MW chacune. S’agissant d’Inga I, quatre des six groupes qui la composent ont été réhabilités et deux(groupes 3 et 6) attendent le financement. Il y a egalement la centrale de Sanga qui a été, elle aussi totalement modernisée avec ses équipements auxiliaires.

De réalisations palpables

S’agissant du transport du courant électrique, des grand travaux sont réalisés principalement sur les réseaux sud. Selon le directeur régional de la SNEL SA, Jean-Marie Mutombo Nyoy, des investissements importants ont été engagés et le réseau sud qui alimente des grandes entreprises manufacturières et minières ainsi que la population n’a pas été délaissé pour compte. Il indique que quelques réalisations et pas les moindres ont été enregistrées. Il s’agit notamment de la construction des nouveaux postes HT/MT dans les provinces du Haut-Katanga et de Lualaba. C’est notamment la nouvelle sous station erigée au nouveau repartiteur Kasapa, doté d’un transformateur de 50 MVA et d’un transformateur élévateur de 15 à 30 MVA, y compris les équipements auxiliaires. Cette sous station a pour objectif d’éliminer les poches noires et alimenter aussi des nouveaux quartiers dans la ville de Lubumbashi, d’après Jean Marie Mutombo.

Les chiffres encourageants

Avec l’implantation des cabines de décharge MT/BT, la ville de Lubumbashi a été dotée de plus de 60 nouveaux transformateurs pour réduire sensiblement le phénomène de délestage et alimenter aussi des nouveaux quartiers.

Toujours dans la ville cuprifère, la SNEL a investi egalement dans un vaste projet de remplacement des compteurs classiques par les compteurs à prépaiement dans plusieurs communes dont celle de Katuba où 14 milles menages ont été servis à la grande satisfaction des bénéficiaires. Ces derniers ont tourné les pages sombres des coupures intempestives dues aux surcharges des equipements.

DGDA: La DG sortante Kawanda Walwow laisse une trésorerie d’au moins 100 millions de dollars

Des moyens importants ont été investis également au poste HT Karavia, qui prend en charge la partie ouest de la ville de Lubumbashi.

Deux lignes HT 220KV (61 et 64) reliant la ville de Kolwezi à ce poste de Karavia autrefois vandalisées par les voleurs des fils en cuivre ont été rehabiltées. Les pilones monopodes et les câbles en alumunium ont été remplacés pour décourager les inciviques. Plusieurs autres lignes ont été egalement rehabilitées, entre les lignes Koni- Muadingusha-Likasi …

Toujours dans ce chapitre des réalisations, les travaux d’un nouveau poste HT sont en cours à Kasumbalesa pour desservir cette ville, tout comme la nouvelle sous station 30 KV Tunel erigée à Kolwezi pour alimenter la partie sud de la ville.

Il faut noter également que d’autres travaux ont été effectués dans plusieurs postes HT. C’est le cas des nouveaux repartiteurs de Lualaba 220/120/33 kV-2×150 MVA et Ouest (NRO) 220K, ou du poste de Samukinda  (120/33/11 kV- 2×50 MVA), du poste blindé « GIS » de Mwadingusha 6,6/120 kV-3×30 MVA , du poste de Musonoi 120/10 kV – 65 MVA, Kakontwe II 120/6,6 kV- 31,5 MVA, Shituru (Likasi) 130/50 kV, du poste de TENKE où une sous station 120 KV est en cours d’installation pour alimenter cette aglomeration et ses environs, du poste repartiteur de Kisanfu, 220K, du poste de Fungurume, du poste de Panda 220KV, ainsi que du poste de la Grande Cimenterie du Katanga à Likasi.

Concernant la liaison THTCC Inga – Kolwezi, les travaux réalisés sont entre autres l’installation du Compensateur synchronisé n°4 à la Station de Conversion de Kolwezi, les travaux en cours d’installation d’un compensateur statique toujours à la station de conversion de Kolwezi, la déviation du tronçon de la ligne THTCC 500 kV impactée par la construction de la centrale hydroélectrique de Busanga du P02 au P03 D et G. 72 nouveaux pylônes implantés. Il y a aussi l’nstallation d’un nouveau sectionneur 500 kV au poste courant continu de la station de conversion de Kolwezi.

Pami Halele/Envoyé spécial

Pourquoi la Chine est importante pour la RDC (Tribune du  Professeur Georges L. Olemanu, PhD)
Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le nouveau vice-premier ministre de la Défense salue la bravoure des FARDC face au M23

Dans sa note d’information lors de la première réunion du Conseil des ministres, ten…