Home Politique L’enrôlement des congolais de l’étranger divise les députés nationaux

L’enrôlement des congolais de l’étranger divise les députés nationaux

5 min read
0
0

Craignant un probable report des élections, le député national Henri-Thomas Lokondo a initié une proposition de révision de la loi électorale contre l’enrôlement des congolais de l’étranger. A l’examen de cette proposition de loi mercredi 6 juin 2018 à l’Assemblée nationale, les élus ont été très divisés au point que le Président du bureau, Aubin Minaku a décidé d’inviter le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante(CENI) Corneille Nangaa, à venir expliquer s’il sera ou non possible d’organiser cet enrôlement en respectant le calendrier électoral.
Pour certains élus, Thomas Lokondo n’a pas la compétence d’être l’initiateur d’une telle démarche qui selon eux, devait être amenée par la CENI elle-même.

Pour l’auteur de ce projet de loi qui a été récupéré par le gouvernement, si on tient à enrôler les congolais vivant à l’étranger, il faut s’attendre à un report. Il a évoqué entre autres, la pression du temps et certaines contraintes d’ordre technique et logistique auxquelles la centrale électorale pourrait être butée.

La position du gouvernement et même du Président de la chambre basse du parlement est connue : ils ne voient aucun mal à écarter les congolais de l’étranger pour respecter le calendrier électoral. Ils se sont publiquement exprimés dans ce sens.

En effet, le Ministre délégué en charge des congolais de l’étranger, Emmanuel Ilunga a déclaré qu’il ne sera pas possible d’enrôler les congolais de la diaspora dans le délai imparti et qu’ils ne pourront pas voter aux élections du 23 décembre 2018.
L’avenir du processus électoral suspendu à la réponse de Nangaa
Début mai, le Président de la CENI, Corneille Nangaa avait déjà prévenu qu’il est techniquement difficile de le faire dans le respect du calendrier électoral. « La CENI exécuté les lois et ne légifère pas les lois. La loi dit que les congolais de la diaspora doivent voter. En conséquence, nous nous préparons pour le faire. Nous avons préparé les kits d’enrôlement, mais il y a certaines contraintes auxquelles il faut faire que nous avons présentées », avait-il dit, ajoutant qu’il faut lever une option pour annuler cette opération.
De son côté, le Président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku avait invité les élus du peuple à s’assumer pour supprimer cet enrôlement afin de permettre la CENI à aller droit vers les élections du 23 décembre 2018.
La réponse de Nangaa ce jeudi 7 juin ou vendredi 8 juin 2018 au parlement sera décisive pour le processus électoral et déterminante sur la tenue ou non des élections le 23 décembre prochain.
RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Kinshasa: Un policier ivre gaspille deux précieuses munitions à Maluku

Les habitants des avenues situées aux alentours de la morgue de Maluku, située la commune …