Home Société Communication et presse présidentielle de Félix Tshisekedi: Trop de mondes pour rien

Communication et presse présidentielle de Félix Tshisekedi: Trop de mondes pour rien

5 min read
0
0

De l’état de grâce aux premiers couacs, le gong des cent premiers jours du quinquennat du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a retenti ce dimanche 5 mai 2019. Une première séquence politique marquée entre autre par une offensive diplomatique et de travaux de réhabilitation de quelques infrastructures routières.

Alors qu’il est difficile de tirer un bilan indiscutable de ses premiers pas, là où il a battu les records, c’est dans la nomination des membres des directions de communication et presse de la présidence de la République.

Le 24 janvier dernier, le peuple congolais a vécu la première alternance pacifique démocratique de son histoire. Cet évènement historique était pour plus d’un, synonyme de changements qui, se font encore attendre.

Pour l’instant, une écrasante majorité de la population a du mal à trouver des informations fiables sur le niveau d’exécution du programme d’urgence de cent premiers jours du Président de la République. La faute à une communication présidentielle déficitaire.

Et pourtant, une litanie des professionnels de la communication et des relations avec les médias travaillent actuellement à la présidence de la République.
En effet, le Chef de l’Etat avait nommé trois directeurs de la presse présidentielle et trois directeurs de la communication.

Mais peu inspirés et visiblement non encore entrés parfaitement dans le bain du pouvoir, les responsables de ces directions, en l’occurrence Abraham Luakabuanga de la direction de la presse présidentielle et Lydie Omanga de la direction de la communication présidentielle,  brillent par une négligence notoire. Il ne serait pas exagéré de dire qu’ils ont échoué.

Un médecin nommé photographe à la présidence de la République

Soucieux de son image auprès de la population, le Chef de l’Etat a nommé Kasongo Mwema Yamba Yamba au poste de Porte-parole et Tina Salama porte-parole adjointe.

Mais selon des informations parvenues à Alternance.CD, l’ancien journaliste de RFI et son adjointe peineraient à trouver une petite pièce où installer leurs bureaux au Palais de la Nation à cause, apprend-ton, «de la méfiance des responsables de directions de communication et presse».
Conséquence: ils ne parviennent pas à accomplir leur mission.

En guise d’illustration de cette méfiance supposée de Lydie Omanga et Abraham Luakabuanga à leur égard, il nous revient d’apprendre qu’ils n’ont pas été informés du déplacement du Chef de l’Etat au Palais du peuple samedi 4 mai aux obsèques de l’artiste Lutumba Simaro.

Et comme si tout allait bien, un document portant désignation des journalistes de la présidence signé par Abraham Luakabuanga circule sur internet depuis ce dimanche. Dans ce document, figurent 55 noms dont 42 techniciens (caméramans, monteurs, chauffeurs) et seulement 13 journalistes.

Parmi les heureux promis, on trouve un médecin reconnu par l’Ordre national de médecins en tant que tel qui s’est retrouvé avec les fonctions de photographe. Heureusement que le ridicule ne tue pas.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Écarts de langage entre les jeunes du PPRD et de l’UDPS: La jeunesse du Palu choisit son camp

Entre une frange de la jeunesse de l’UDPS et celle du PPRD, c’est le désamour …