Home Société Immoralité: Une nouvelle forme de prostitution impliquant des policiers voit le jour à Kinshasa

Immoralité: Une nouvelle forme de prostitution impliquant des policiers voit le jour à Kinshasa

6 min read
0
0

Des professionnelles de sexe diversifient des méthode de « travail » et de stratégies pour faire face à la rareté de la clientèle à Kinshasa.

Frappées de plein fouet par la crise sanitaire qui a porté un coup à leur métier, certaines vendeuses de plaisir opérant sur le très ambiant boulevard Kimbuta dans la commune de N’djili ont innové en collaborant avec quelques éléments incontrôlés de la Police nationale congolaise.

Une enquête réalisée sur place par Alternance.CD en partenariat avec une ONG basée à Marseille en France révèle une pratique qui, si elle s’étend dans d’autres communes de la capitale congolaise, risque de briser beaucoup de foyers.

Verlaine (nom d’emprunt), jeune fille de 19 ans qui a accepté de témoigner, raconte qu’elle et ses collègues s’arrangent avec des policiers pour intimider de passants aux heures tardives afin de les obliger d’accepter leurs offres.
« Nous payons des policiers qui acceptent de nous accompagner. Quand nous voyons s’approcher un passant, nous nous présentons et lui faisons l’offre de passer un moment avec nous. S’il accepte, le policier ne fera rien. S’il n’accepte pas, le policier va surgir et l’arrêtera en l’accusant de l’avoir attrapé avec une femme d’autrui« , révèle-t-elle.

Affirmant avoir réussi avec cette méthode qui sort de l’ordinaire à contraindre six hommes dont quatre mariés à accepter de « le faire », elle la considère comme une stratégie payante.

La sécurité avant tout?

Comme souvent dans ce genre de situation embarrassante, certains mariés sont tentés de céder à la tentation par peur de se mettre en conflit avec leurs épouses.

Un d’entre eux qui se fait passer pour une victime a confié que le jour où il est tombé sur le filet d’une prostituée opérant avec de policiers, il revenait d’une soirée avec des amis. « Je suis marié. Ce qui m’a contraint à céder, c’est la crainte de la honte que j’allais avoir si la nouvelle selon laquelle j’aurais été surpris à délit d’adultère avec une femme d’autrui allait parvenir aux oreille de ma femme et de ma famille », se justifie-t-il.

Il décrit ses bourreaux comme « des personnes sans cœur qui s’en foutent de la vie de famille de leurs victimes ».

Pour en savoir plus, nous avons échangé avec des policiers suspectés de faire partie d’un réseau de la nouvelle forme de prostitution. Un  d’entre dit qu’il ne trouve aucun mal à sécuriser, conformément à la mission de la police nationale, tout congolais, « y compris les prostituées dans le cadre de leur travail« .

Ce que notre interlocuteur ignore, c’est que la prostitution n’est pas légalisée en République Démocratique du Congo même si elle est tolérée.

La totalité de cette enquête est à lire prochainement.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Deux mois après l’arrestation du Major Christian Kenga Kenga, la VSV exige la réouverture du procès Chebeya

Deux mois après l’arrestation de Major Christian Kenga Kenga, la voix des Sans Voix …