Home Nation Obsèques de Lumumba: Vivement un audit sur les fonds publics y affectés

Obsèques de Lumumba: Vivement un audit sur les fonds publics y affectés

8 min read
0
0
banniere anniversaire scoop

Pour avoir demandé et obtenu de l’ancienne puissance coloniale belge le rapatriement de la relique du Héros national Patrice Emery Lumumba, le Chef de l’État congolais est auréolé par le peuple congolais.

Félix Tshisekedi est surtout félicité pour avoir réussi à organiser des obsèques dignes de son rang au père de l’indépendance et premier Premier ministre de la République Démocratique du Congo. Mais derrière les éloges, une certaine opinion l’invite à autoriser un audit sur la gestion des fonds décaissés pour ces obsèques. Explication.

L’histoire retiendra qu’après avoir contraint les colons belges à accorder l’indépendance au Congo belge, Patrice Emery Lumumba a gagné haut la main les élections organisées en mai 1960, en obtenant la majorité des sièges de 71 sièges à l’Assemblée nationale sur les 132 à pourvoir dont l’ABAKO de Joseph Kasavubu obtena 22. Majoritaire, il fera élire Joseph Kasongo, un de ses hommes de mains, au poste de Président de l’Assemblée nationale et va placer Ileo Songo Amba comme président du Sénat ainsi que Joseph Okito comme deuxième vice-président du Sénat.

Pour l’unité, la paix et la cohésion nationales, Lumumba demanda à sa majorité parlementaire d’élire Joseph Kasavubu Président de la République et mettra en place son gouvernement dont Maurice Mpolo, un autre de ses hommes de confiance, dirigera le ministère de la Jeunesse et Sports avant d’être nommé aux fonctions de commandant en chef a.i. des forces armées congolaises.

Mais le discours improvisé de Patrice Emery Lumumba le jour de l’indépendance, en présence du roi Baudouin « après avoir refusé le chèque de 2 milliards de dollars de la part du Président américain de l’époque« , d’après des historiens, entraîna sa catégorisation par la CIA et la Belgique comme communiste. Son assassinat programmé, il fut acheminer par les manipulateurs belges à ses bourreaux du Katanga où il fut tué et dépiécé à Shilantembo et à Mwadingusha.

Depuis, comme pour Mzee Laurent Désiré Kabila, un autre Héros national, la vérité sur l’assassinat de Lumumba n’a jamais été rendue publique et un procès a été ouvert en Belgique quant à ce.

Curieusement, l’un de ses bourreaux, en l’occurrence Joseph Mobutu Sese Seko, l’a déclaré Héros national, mais il manquait sa dépouille et l’organisation de ses obsèques.

Félix Tshisekedi réconcilie les congolais définitivement

Après Mobutu, les Kabila, Lumumbistes, ont pris le pouvoir, mais distraits, Mzee Laurent Désiré et Joseph n’ont pu rien faire pour Lumumba.

Il fallu attendre l’avènement au pouvoir de Félix Tshisekedi Tshilombo, pour que des funérailles soient organisées pour le premier Premier ministre congolais. Pour ce faire, il a obtenu de la Belgique le rapatriement du reste de Lumumba, a décoré ses compagnons de lutte, Joseph Okito et Mpolo Maurice et a même autorisé aux chefs coutumiers de leurs villages Okitodimba et Bolia, d’organiser un cérémonial de réconciliation avec leur collègue Minango du Haut-Katanga, pour formaliser le deuil qui va être organisé pour eux.

Cette action salvatrice de Fatshi est venue réconcilier le peuple congolais dans un contexte où la RDC fait face à une agression par les terroristes du M23 et leurs alliés Rwandais et Ougandais.

Mais le Chef de l’État est vivement encouragé à demander un audit sur la gestion de tous les fonds décaissés pour ces cérémonies car, contrairement aux bruits faits à Kinshasa, rien n’a été fait à Onaluwa, village natal de Lumumba, à LumumbaVille, ville créé en hommage à sa mémoire, à Okitodimba, village d’origine de Joseph Okito et même Kisangani, ville dans laquelle Lumumba commença son activisme politique.

Cet audit vaut réellement la peine également du fait qu’au nom de la transparence, le peuple congolais a le droit de savoir ce qui a été fait de plusieurs millions de dollars décaissé.

Par ailleurs, les familles Okito et Mpolo envisagent d’organiser leurs deuils respectivement à Lusambo, Okitodimba, Inongo et Kinshasa.

C.P