Home Economie Accord entre la RDC et le Qatar pour la relance de l’ex-Onatra: Il faut croiser les doigts

Accord entre la RDC et le Qatar pour la relance de l’ex-Onatra: Il faut croiser les doigts

8 min read
0
0

La République Démocratique du Congo et le Qatar ont signé, lundi 25 avril 2022, un accord de concession pour la relance et la modernisation de la Société Commerciale des Transports et des Ports(SCTP) en présence du Chef de l’État Félix Tshisekedi Tshilombo. C’est le troisième contrat chiffrés à plusieurs millions de dollars américains signés depuis 2019 pour la toujours attendue relance de l’ex-Onatra.

Cette fois-ci, c’est la société Qatari Mediterranean Shipping Company s.a, premier armateur mondial dans le secteur portuaire qui a la lourde mission de sauver cette société.

Fruit des engagements pris à Doha, au Qatar, entre le Président de la RDC et l’Emir du Qatar, l’accord de concession pour la relance et la modernisation de la SCTP concerne le port de Matadi, l’aspect du développement durable et le port de Kinshasa.

La société Qatari Mediterranean Shipping Company s.a chargé de son exécution bénéficiera du financement du fonds d’investissement qatari, Maha capital.

Selon le Ministre des Transports, Voies de Communication et Désenclavement, Chérubin Okende, « il est aussi question d’assainir le passif social dans le sens des avantages du personnel, notamment pour une retraite honorable, avec la possibilité d’assainir les effectifs pléthoriques du personnel, tout en donnant un coup de pouce à la réhabilitation et au rajeunissement du personnel de cette entreprise ».

C’est lui qui a, au nom de la partie congolaise, paraphé l’accord, aux côtés des signatures d’Adèle Kayinda, ministre d’État chargée du Portefeuille, O’neige N’sele Mimpa, Vice- ministre des Finances et Martin Lukusa Cibangu, directeur général a.i de la SCTP.

La partie Qatarie a été représentée par Julien Boillot, lui, au nom de Méditerranean shipping company (MSC) et le Fonds Maha capital.

Quid des accords signés avec d’autres partenaires ?

Pour rappel, la SCPT avait conclu en février 2019, un contrat de gré à gré avec la société African Rolling Stock Solutions RDC aux termes duquel le partenaire avait droit à 80% des recettes. Ce contrat avait pour objet le partenariat d’exploitation du matériel ferroviaire, des équipements, des techniques et des financements nécessaires à la fourniture des services de transport par rail au profit des clients qui sollicitent de tels services, principalement ceux de l’industrie du Ciment.

African Rolling Stock Solutions RDC avait pris l’engagement de mettre à la disposition de la SCTP 7 locomotives de ligne d’une valeur unitaire de 2.160.000 USD, soit au total 15.120.000 USD, une locomotive de transfert d’une valeur de 1.320.000 USD, 50 wagons conteneurs pour une valeur totale de 3.900.000 USD et 100 contenues pour 1.188.000 USD.
En tout, le contrat se chiffrait à 21 528.000 USD, coût du transport inclus.

Le partenaire avait droit à 80% des recettes réalisées par l’exploitation du matériel roulant, en contrepartie de son soutien matériel, technique et financier.

Ce contrat n’a existé que sur les papiers et jusqu’à ce jour, la misère est le concept qui convient le mieux pour décrire la situation du personnel de l’ex-Onatra.

C’est justement pour mettre fin à cette misère que le gouvernement avait levé l’option, en janvier 2021, d’approuver la cession par la Rawbank d’une créance de 207 millions de dollars américains pour notamment, le paiement des décomptes finales, paiement des arriérés de rentes, de salaires et de la sécurité sociale ainsi qu’au renouvellement de l’outil de production.

Plus d’une année plus tard, tout ce qui a changé à la SCTP, ce sont les noms des dirigeants, après la suspension et l’arrestation du PCA et du DG, Emmanuel Mbo et Jean Masumbuko. Ils sont poursuivis pour « tentative de détournements de deniers publics, faux et usage de faux ».

L’action judiciaire les visant a été déclenchée à la demande de l’Inspection Générale des Finances (IGF), qui a dénoncé la surfacturation dans le dossier d’un contrat de réhabilitation de 2 quais du port de Matadi, passé de 2 à 8 millions USD.

Jean Pérou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: légère baisse des prix des carburants dans la zone ouest

A travers un arrêté signé le 23 mai 2024, le vice-premier ministre ad intérim de l’E…