Home Politique Cour Constitutionnelle : Christophe Mboso veut marginaliser le Sénat

Cour Constitutionnelle : Christophe Mboso veut marginaliser le Sénat

6 min read
0
0

Le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’Kodia énerve les sénateurs. Tenant à tout prix à prendre le contrôle de la Cour Constitutionnelle, il a réussi à reporter sine die le Congrès du parlement, initialement prévu pour lundi 23 mai 2022, en vue de désigner le délégué du parlement devant remplacer le feu juge Polycarpe Mongulu.

Des analystes appellent le Chef de l’État à la prudence et à agir vite pour éviter que le bras de fer créé par le Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’Kodia contre son collègue du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo, ne déstabilise l’équilibre et l’harmonie institutionnelles.

Coordinateurs de l’Union Sacrée de la Nation, ces deux chefs des Corps ne s’entendent plus. La faute, d’après des analystes, aux ambitions insentiables de Christophe Mboso, que l’on accuse de chercher à accaparer tous les trois postes qui reviennent au parlement.

En effet, cherchant à tout prix à pistoner un de ses pions à la Haute Cour, le Président de la chambre basse du parlement n’aurait pas digéré la désignation du Sénateur Louis Mbonga Magalu Engwanda comme membre de la Cour Constitutionnelle en remplacement de feu juge Mongulu. Il roulerait pour le député national Léon Mondole.

Le président de la chambre haute et ses collègues sénateurs estimeraient, en revanche, qu’étant donné que les deux juges qui siègent actuellement à la Cour Constitutionnelle pour le compte du parlement, à savoir Bokona et Mavungu sont issus de l’Assemblée nationale, il reviendrait de droit au Sénat de designer le troisième.

D’après une source qui s’est confiée à alternance.cd, la démarche de Mboso ne serait pas soutenue par l’entourage de Félix Tshisekedi, qui estimerait qu’il reviendrait logiquement au Sénat de désigner le troisième juge.

« Le sénateur Louis Mbonga Magalu Engwanda n’a pas été désigné par l’individu Bahati. C’est l’Institution Sénat qui l’a désigné candidat juge à la Cour Constitutionnelle et à ce titre, il sera le délégué du Sénat et non de Bahati à la Cour Constitutionnelle », explique un observateur.

Il ajoute qu’ « il est hors de question de laisser l’Assemblée nationale s’octroyer tous les trois postes qui reviennent au parlement ».

En langage clair, ce sont les sénateurs dans leur ensemble qui veulent envoyer, au nom de l’équité, un de leurs collègues à la Haute Cour et non le président du Sénat qui chercherait à positionner un de ses hommes.

Pour Me Willy Wenga, on ne peut pas parler au stade actuel de la désignation d’un juge à la Cour Constitutionnelle par le Sénat, mais plutôt d’un candidat.

« Le Sénat n’a pas désigné un délégué du Parlement à la Cour Constitutionnelle mais a pris la résolution portant désignation de son candidat juge à entériner par le Congrès pour que ce dernier devienne par l’acte du Congrès un délégué du Parlement», a-t-il écrit sur Twitter.

JPK

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

MIBA: André Kabanda brasse chaque jour 7 000 USD pour la « location » de 2 bus TRANSCO

De gestionnaires publics congolais rivalisent de scandales financiers aussi pharaoniques l…