Home Sécurité L’armée ougandaise en mode pompier pyromane à Bunagana?

L’armée ougandaise en mode pompier pyromane à Bunagana?

4 min read
0
1

La cité de Bunagana est depuis dimanche 2 avril 2023, sous le contrôle des militaires ougandais. Les troupes ougandaises ont remplacé les rebelles du M23 qui ont occupé cette cité située dans la province du Nord-Kivu depuis près de 300 jours. L’inquiétude gagne l’opinion publique congolaise étant donné que l’Ouganda est suspecté de soutenir le M23.

Dans un communiqué publié la semaine dernière, le président ougandais, Yuweri Museveni, a annoncé que la mission de son armée est d’occuper certaines positions remises par le M23 à la Force régionale de l’EAC et non de combattre. Ce, alors que le gouvernement congolais attendait une mission offensive.

Signe que le courant passe très bien entre eux, l’armée ougandaise a, après la remise et reprise, remercié le M23 pour sa coopération et lui a demandé de lui céder le contrôle d’autres entités sous son contrôle, entre autres Rutshuru et Kiwanja.

La méfiance des congolais envers l’Ouganda a été renforcée par les déclarations de l’ancien chef de l’armée de terre ougandaise et fils biologique de Yuweri Museveni, le général Muhoozi Kainegaba. Ce dernier a pris ouvertement la défense des rebelles du M23, en allant jusqu’à affirmer qu’« il est très, très dangereux pour quiconque de combattre nos frères », qui selon lui, « se battent pour les droits de Tutsi en RDC.»

Bien plus, des images de militaires ougandais avec des leaders du M23 collés serrés et riant jusqu’aux éclats n’incitent pas du tout à l’optimisme.

Des sources locales renseignent que les nouveaux hommes forts de Bunagana auraient interdit formellement aux Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) d’y arriver.

Dans la même catégorie

Entre temps, les terroristes du M23 n’ont pas encore déposé les armes et ne sont pas encore cantonnés conformément à la feuille de route de Luanda.

De leur côté, les troupes kényanes, burundaises et sud-soudanaises ont obtenu leurs zones à contrôler. Ce qui fait qu’à ce jour, chaque partie du Nord-Kivu est sous contrôle d’une armée différente. Les FARDC elles, semblent être les mal venues dans ces zones sous contrôle des forces étrangères.

Jean Perou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le combat de dignité du Dr Denis Mukwege en faveur de la femme congolaise à travers la réparation de la fistule et du prolapsus dans des villages enclavés

Dans les contrées reculées et les villages isolés de la République démocratique du Congo, …