Home Politique Sommet de Bujumbura : « Les participants ont relevé la non-application de la feuille de route du Mini-sommet de Luanda par le M23 » (Lutundula)

Sommet de Bujumbura : « Les participants ont relevé la non-application de la feuille de route du Mini-sommet de Luanda par le M23 » (Lutundula)

6 min read
0
0

Réunis samedi 4 février 2023 à Bujumbura au Burundi pour les travaux du 20 ème sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté des États d’Afrique de l’Est (EAC), les dirigeants de la région ont recommandé la cessation immédiate des hostilités entre les FARDC et les groupes armés sur toutes les lignes de front dans l’Est de la République démocratique du Congo et la poursuite du déploiement des troupes de la Force régionale issues d’autres pays.

Dans un communiqué publié au lendemain de ce sommet convoqué à l’initiative du président en exercice de l’EAC et chef d’État burundais, Evariste Ndayishimiye, le chef de la diplomatie congolaise, Christophe Lutundula Apala, a fixé l’opinion sur la position du gouvernement congolais.

Il a annoncé que le gouvernement de la RDC salue l’initiative du président burundais, qui a permis aux chefs d’Etat de la communauté d’évaluer la mise en œuvre du communiqué final du Mini-sommet de Luanda du 23 novembre 2022, dans le cadre des processus de paix de Nairobi et de Luanda.

« Le gouvernement de la RDC a noté qu’à l’unanimité les participants ont relevé la non-application de la feuille de route du Mini-sommet de Luanda par le M23. Cette non- application a provoqué l’escalade de la tension au Nord-Kivu; ce qui est très préoccupant. Ils ont reconnu, par ailleurs, les pesanteurs qui gênent l’action de la Force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est dans l’exécution de son mandat », a-t-il expliqué.

Lire aussi Au bout de sa patience face au M23 et au Rwanda: La RDC se dit prête à toute éventualité pour se défendre

Le vice-premier ministre des Affaires étrangères a poursuivi que « le gouvernement de la RDC tient à rappeler que le mandat de la force régionale est, sans équivoque, offensif, selon la lettre et l’esprit des communiqués des trois conclaves des chefs d’État de la CAE d’avril et juin à Nairobi, ainsi que du communiqué final du mini-sommet de Luanda ».

Les préalables à tout dialogue interne et diplomatique

Christophe Lutundula a dévoilé les préalables fixés par le gouvernement congolais pour tout dialogue interne et diplomatique. Il s’agit de la fin des attaques du M23 contre les positions des FARDC et les troupes de la Monusco, son retrait des zones occupées, son cantonnement dans les localités spécifiées, le retour des personnes déplacées à leurs domiciles et la cessation du soutien des Forces de défense du Rwanda(RDF) au M23 prévus dans le communiqué final du mini-sommet de Luanda.

Lire également Mini-sommet de Luanda: a quand le retour des FARDC dans les zones libérées ?

« Ainsi, a précisé le chef de la diplomatie congolaise, le processus politique, le cessez-le-feu, le retrait des groupes armés, le dialogue et le déploiement des troupes de la force régionale de l’EAC dont question dans le communiqué du sommet de Bujumbura publié, samedi 4 février, par le Secrétaire général de la CAE, demeurent dans le cadre des processus et des instruments de paix de Nairobi et de Luanda prerapelés, du reste, soutenus par l’ensemble de la communauté internationale ».

Jean Perou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

L’étonnante demande de soutien de l’ambassade RD Congolaise en France au Groupe Canal Plus

L’ambassade de la République démocratique du Congo en France cherche des entreprises…