Home Politique Sénat: Un sale coup monté et échoué contre le processus électoral

Sénat: Un sale coup monté et échoué contre le processus électoral

8 min read
0
0

Ils voulaient passer par le sénat pour discréditer le processus électoral en cours et porter un coup à l’Union sacrée de la Nation ainsi qu’à l’image du chef de l’État. Ils sont frappés par l’effet boomerang. Eux, ce sont les membres d’un réseau qui voulait se servir de la question orale avec débat adressée au vice-premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières, Peter Kazadi, par une sénatrice, comme prétexte pour perturber le processus électoral.

Officiellement, la sénatrice Lwese Bakuamoyo Victorine, parce que c’est d’elle qu’il s’agit, voulait avoir des explications du VPM de l’Intérieur sur la « détention par des personnes sans qualité du matériel sensible de la CENI, découverte lors d’un accident de circulation aux environs de la ville de Kinshasa ».

Elle faisait référence au prétendu « matériel sensible » de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qu’on aurait découvert dans le véhicule accidenté du député national Théo Kazadi Muayila à Tshikapa dans la province du Kasaï, le 20 février dernier.

Prévue pour ce jeudi 14 avril 2023, la plénière du sénat qui devrait débattre de la question a été plus courte que prévu, suite à une motion incidentielle initiée par le sénateur Valentin Gerengo.

Ce dernier a soutenu que la question orale avec débat de sa collègue devrait plutôt concerner la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et non le vice-premier ministre Peter Kazadi.

Une tentative de violation du règlement intérieur du Sénat

Le sénateur Valentin Gerengo a estimé que « débattre de cette question, c’est violer le règlement intérieur de la chambre haute du Parlement ».

Le VPM de l’Intérieur, Peter Kazadi(au milieu) au Sénat, accompagné de la ministre des Relations avec le parlement

Une motion prise en compte par le président du sénat, Modeste Bahati Lukwebo et soumise à l’assemblée plénière, qui a jugé inopportun ce débat.

Une décision soutenue par Mike Tanguka, analyste politique et expert en stratégies électorales, approché par alternance.cd.

Pour lui, l’auteur de cette question orale avec débat n’a pas eu le temps de s’informer. Cette affaire a été close par le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Denis Kadima, qui avait fixé l’opinion sur le dossier de prétendus kits électoraux qui auraient été trouvés dans la voiture du député national Théo Kazadi, accidenté le 20 février dernier à 15 Km de Tshikapa, dans la province du Kasaï.

Et, c’était le plus officiellement et sollennellement du monde, au cours d’une conférence de presse animée le mardi 28 février à Kinshasa. (Lire à ce sujet Prétendus kits électoraux à Tshikapa : Denis Kadima dédouane Théo Kazadi )

« Vouloir y revenir un mois après, soutient-il, démontre que la sénatrice auteur de la question jouerait le jeu de ceux qui tiennent à tout prix à ternir l’image de la CENI ».

Dans la même catégorie

Et, à l’analyste Mike Tanguka de s’interroger sur le mobile de la démarche entreprise par Victorine Lwese, qui est pourtant membre de l’Union sacrée de la nation.

Cet expert en stratégies électorales note avec un certain regret, que la sénatrice qui est pourtant entourée des juristes, dont l’un est parmi les plus grands constitutionnalistes de la RDC, ne s’est pas faite aider au point de se faire humilier publiquement.

Au bureau politique de l’Union sacrée d’ouvrir l’oeil, pour éviter que la famille politique du chef de l’Etat soit infiltrée par des personnes aux agendas apparemment cachés.

Jean Perou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

L’étonnante demande de soutien de l’ambassade RD Congolaise en France au Groupe Canal Plus

L’ambassade de la République démocratique du Congo en France cherche des entreprises…