Home Société Réseaux sociaux : Cette proposition liberticide de Claude Ibalanky

Réseaux sociaux : Cette proposition liberticide de Claude Ibalanky

6 min read
0
0

A peine de retour dans l’entourage immédiat du chef de l’État qui l’a récemment nommé ambassadeur itinérant, Claude Ibalanky révèle qu’il s’en fout de la liberté d’expression. A travers une publication sur Twitter, il propose des mesures restrictives sur les réseaux sociaux.

L’ancien coordonnateur du Mécanisme national de suivi ne veut visiblement pas voir de citoyens congolais s’exprimer librement sur les réseaux sociaux.

« Au nom de la sécurité nationale, ne serait-t-il pas nécessaire de réguler cet environnement en limitant l’accès à ces réseaux, comme c’est le cas en Chine, Dubaï, etc.? Et si le Congo adoptait ces méthodes de restriction et de contrôle ? », a-t-il tweeté.

Le nouvel ambassadeur itinérant du président Félix Tshisekedi est visiblement gêné par l’influence qu’exercent les réseaux sociaux sur la politique et veut la stopper.

« Les réseaux sociaux ont un impact réel sur la politique, la marche et la sécurité du pays. Certains l’abusent et des cartels se sont formés, avec la complicité des services étrangers et des lobby d’affaires entr’autres, pour des fins politique, économique, sécuritaire et voir même social – influencer (négativement) la masse », s’est justifié Claude Ibalanky.

Une petite analyse de cette proposition permet de comprendre que son auteur find d’ignorer le phénomène de massification informationnelle. Certains experts en la matière s’interrogent sur les intentions cachées de sa démarche.

Lire aussi

« En voulant s’inspirer des Emirats Arabes Unis où le gouvernement empêche la presse indépendante tant locale qu’ étrangère de prospérer en traquant les voix dissidentes et en téléguidant le harcèlement de journalistes émiriens expatriés, ce proche collaborateur du chef de l’État envoie un message négatif aux médias et aux journalistes », analyse un expert en communication sociale de l’Université pédagogique nationale (UPN).

Comme lui, de congolais redoutent une volonté de certains tenants du pouvoir de restreindre la liberté d’expression.

Lire également

Heureusement que Claude Ibalanky n’a pas assez de marges de manœuvres pour faire adopter sa proposition liberticide rétrograde au parlement.

Toutefois, sa proposition est en prendre au sérieux à l’approche des élections pour lesquelles la tension est déjà vive entre le pouvoir et l’opposition.

Jean Perou Kabouira

Dans la même catégorie

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Equateur : OLPA s’ inquiète de la convocation de deux journalistes au Parquet de Mbandaka

Kinshasa, le 18 juillet 2024. L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA),…