Home Monde Au sommet sur la coopération amazonienne : Tshisekedi défend le leadership de la RDC dans la biodiversité

Au sommet sur la coopération amazonienne : Tshisekedi défend le leadership de la RDC dans la biodiversité

7 min read
0
1

La République démocratique du Congo marque son retour en tant que leader du bassin forestier du Congo. Dans son discours au sommet du « pacte de Leticia» sur la coopération amazonienne, le président Félix Tshisekedi a présenté les atouts de son pays dans la lutte contre le changement climatique.

A la tête d’un pays qui représente à lui seul 10% des forêts tropicales du monde, le chef de l’État congolais ne s’est pas rendu à Belém, au Brésil, où les dirigeants des pays qui abritent la forêt amazonienne se sont réunis, en simple participant. Il avait un message fort et, il l’a passé.

Il a présenté des chiffres hallucinants sur la faune et flore de la RDC, qui font d’elle un « pays solution » aux enjeux climatiques.

« En effet, la RDC est le deuxième massif forestier du monde. Avec ses 155 millions d’hectares de forêts qui couvrent l’équivalent de 67 % du territoire national, mon pays représente à lui seul près de 10 % des forêts tropicales du monde, près de 38 % des forêts africaines et environ 60 % de celles du Bassin du Congo. Le massif forestier de la RDC séquestre également près de 24,5 Gigatonnes de gaz à effet de serre quotidiennement, dont les 3/4 sont concentrés sur 43 % de la superficie du pays », a dit Félix Tshisekedi.

Il a ajouté d’autres chiffres en ces termes : « A cet énorme massif forestier, s’ajoutent de vastes étendues de tourbières, couvrant environ 101. 500 km² du territoire national. Son atout principal demeure sa capacité d’absorption de carbone qui se chiffre à près de 1,5 milliard de tonnes de dioxyde de carbone par an, soit 4 % des émissions mondiales. Ses tourbières constituent un stock naturel de plus de 30 Gigatonnes de dioxyde de carbone, l’équivalent de plus de deux ans d’émissions mondiales de gaz à effet de serre ».

Un front commun Brésil-RDC-Indonésie

Pour le chef de l’État congolais, ce sommet élargi vient agrémenter et mettre en lumière le pas décisif marqué par la République fédérative du Brésil, la République d’Indonésie et la RDC qui, à travers l’adoption d’une approche globale et collaborative, a abouti, le 14 novembre 2022 à Bali, à la déclaration conjointe sur la coopération autour de la forêt tropicale et l’action climatique, (BIC), entre les trois pays.

Lire aussi COP27: José Mpanda prépare le terrain aux experts des travaux préparatoires à Yangambi

« L’Alliance trilatérale pour la coopération sur les forêts tropicales et l’action climatique ainsi consacrée à Bali nous servira désormais de cadre de concertation, de partage d’expériences, d’échanges et d’actions sur les questions cruciales relatives à la forêt et à la biodiversité. À ce titre, elle pourra formuler des propositions concertées, notamment celles ayant trait aux marchés de crédit carbone », a martelé Félix Tshisekedi.

D’ ores et déjà, il va organiser à Kinshasa, capitale de la RDC, un sommet à la fin de ce mois d’août, avec ses homologues Brésilien et Indonésien, autour des actions communes à mener face aux problèmes environnementaux mondiaux.

Possédant une bonne partie de la forêt tropicale respectivement du bassin du Congo, de l’Amazonie et de la forêt Bornéo Mékong, la RDC, le Brésil et l’Indonésie vont renforcer leur front commun pour la sauvegarde de leurs forêts, mais aussi trouver une juste compensation en faveur des populations autochtones.

Junior Lomanga

Lire également

Climat: She Okitundu préconise la création d’un «cartel environnemental » Brésil-RDC-Indonésie

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: Le gouvernorat de Kinshasa au centre d’une bataille entre Turcs et Indo-Pakistanais

A quelques heures de la fermeture des Bureaux de réception et de traitement des candidatur…