Home Economie Muselés par de tracasseries fiscales: Les médias du Sud-Kivu interpellent le gouverneur

Muselés par de tracasseries fiscales: Les médias du Sud-Kivu interpellent le gouverneur

5 min read
0
0

Qui veut réduire les médias du Sud-Kivu au silence? A quatre mois des élections prévues en décembre prochain en RDC, les radios, télévisions, presse écrite et presse numérique basées basés dans cette font l’objet d’une asphyxie financière par de services de l’État.

Dans une déclaration faite ce vendredi 25 août 2023 à Bukavu, les responsables des médias réunis au sein de RATECO et de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC) section provinciale, ont exprimé leur indignation face à ce qu’ils considèrent comme des « tracasseries fiscales ».

Dans leur viseur, notamment la division provinciale de la communication.

« En effet, nous sommes soucieux d’être des médias disponibles, exemplaires et respectueux des lois qui régissent ce métier pour l’intérêt de la République. Raison pour laquelle un cadre de concertation existe entre les médias et différents services étatiques œuvrant dans la province. Nous rappelons les dispositions de la nouvelle loi fixant les modalités de l’exercice de la liberté de presse, d’information et d’émission par la radio, télévision, la presse écrite ou tout autre moyen de communication en RDC », ont-ils fait remarquer.

Dans cette déclaration lue par Judith Asina, directrice générale de la radio SVEN, les professionnels des médias du Sud-Kivu sollicitent des ministres nationaux de la Communication et des Finances, la signature de de l’arrêté interministériel fixant la nouvelle nomenclature des droits, taxes et redevance.

« Cependant, les tracasseries fiscales auxquelles nous faisons référence, consistent en des demandes régulières et excessives de paiement des taxes, renouvellement des frais de licence, taxe sur la publicité. Et ce, avec des notes des débits établies de façon imaginaire, sans tenir compte des réalités des conditions précaires de nos médias respectifs. Ces pratiques entravent notre travail quotidien et met la liberté de la presse en péril », fustigent-ils.

Face à « cette tentative de musèlement de la presse », les responsables des radios, télévisions, presse écrite et presse numérique basés au Sud-Kivu ont formulé quelques recommandations.

Lire aussi Sankuru: Le Gouverneur Jules Lodi se crée inutilement de problèmes

Aux services compétents : la vulgarisation de la nouvelle loi sur la presse.

Au gouverneur de province :
-De s’impliquer personnellement et en toute urgence pour mettre fin à toutes ces tracasseries;
-De veiller à l’annulation des notes de débits non conformes à la loi.

Les médias du Sud-Kivu « prennent la communauté nationale et internationale à témoin face à cette situation de tentative de musèlement de la presse ».

Ils envisagent des « journées sans presse et d’autres actions citoyennes d’envergures garanties par la constitution » pour recouvrer leurs droits.

RD44

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Guerre d’agression: Des sujets rwandais se partagent de parcelles dans la zone occupée

L’alerte a été lancée par la société civile de Kibumba, en territoire de Nyirangongo…