Home Nation Irène Esambo: « Aujourd’hui, on n’a plus honte de dire que je suis une personne vivant avec un handicap »

Irène Esambo: « Aujourd’hui, on n’a plus honte de dire que je suis une personne vivant avec un handicap »

6 min read
0
0

Ce n’est pas une opinion ou un point de vue. C’est une évidence: la situation de la personnage vivant avec handicap a évolué au cours de cinq dernières années en République démocratique du Congo. Lors d’un briefing avec la presse mercredi 15 novembre 2023, la ministre déléguée en charge des personnes vivant avec handicap et autres personnes vulnérables, Irène Esambo, a présenté le bilan du gouvernement dans son secteur.

Presque bannis des transports en commun et objet de moquerie dans les rues, les personnes vivant avec handicap étaient marginalisées dans la société congolaise, particulièrement à Kinshasa.

Dans la plupart de cas, avoir un handicap était synonyme de misère et parfois de malheur pour toute la famille.

La situation s’est sensiblement améliorée avec notamment la création par le président Félix Tshisekedi, d’un ministère délégué en charge de cette catégorie de la population.

Cinq ans plus tard, la ministre sectorielle est fière de ce qui a été réalisé.

En effet, Irène Esambo a évoqué notamment la Loi organique n°022/003 du 3 mai 2022 portant protection et promotion des droits de la personne vivant avec handicap.

« Avec le président de la République, il a été décidé que cette question devienne un sujet de débat au sein du gouvernement. Pour bien faire les choses, il a commencé par créer un poste ministériel au sein du gouvernement central. Quand j'ai rejoint le gouvernement, j'ai hérité d'une table et d'une chaise. Cela montre qu'il n'y avait rien dans ce secteur. J'ai commencé de zéro. Grâce à la vision du président de la République, nous avons commencé par la loi organique qui définit l'orientation de la prise en charge du handicap par l'État. Cette loi nous conduit vers une République inclusive. Elle comporte également des mesures d'application », a-t-elle expliqué.

Sorties de l’enclos

Après la promulgation de cette loi organique, le ministère en charge des personnes vivant avec handicap a été doté d’une secrétariat général (administration) dont le personnel est en cours de recrutement.

Lire aussi Haut-Uélé : Les émissaires de la ministre Irène Esambo à la rescousse des personnes vulnérables

Irène Esambo a cité aussi la publication d’un dictionnaire de langue des signes pour les personnes sourdes.

Actuellement, elle travaille sur le projet de loi portant création de la « médaille de la vaillance pour la patrie », qui a déjà été adopté en conseil des ministres.

Elle récompensera les militaires et policiers revenus du front avec un handicap ainsi que toute autre personne qui ayant subi un handicap en raison de son engagement pour la nation.

L’objectif visé par la remise de cette médiale d’honneur est de faciliter l’intégration sociale social des lauréats et leur épanouissement.

Pour toutes ces réalisations, la ministre déléguée chargée des personnes vivant avec handicap et autres personnes vulnérables tire la conclusion ci-après :

« Les personnes vivant avec handicap doivent être reconnaissantes envers le président de la République. Il nous a sortis de l'enclos où on nous avait mis. Aujourd'hui, on n'a plus honte de dire que je suis une personne vivant avec un handicap, et je pense que l'ensemble de la nation congolaise devrait également être reconnaissante car le président de la République a innové ».

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Nation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Encadrement des recettes et dépenses de l’État: Félix Tshisekedi instruit Judith Suminwa de se servir utilement des recommandations de l’IGF

Près d’un mois après la fin des missions d’encadrement dans les entreprises et…