Home Politique Faussement accusé de fraude électorale à Lodja : Lambert Mende anéantit les allégations mensongères d’un détracteur

Faussement accusé de fraude électorale à Lodja : Lambert Mende anéantit les allégations mensongères d’un détracteur

8 min read
0
0

Si c’était dans un combat de boxe, on parlerait d’une confrontation entre un poids léger et un poids lourd et il n’y aurait pas match. C’est le cas de la vraie fausse polémique créée par sieur Roger Esongo Koy, candidat député national AFDC/A dans la circonscription de Lodja, au Sankuru, contre Lambert Mende Omalanga, candidat député national CCU/AE dans cette circonscription.

En réaction à un chiffon largement partagé sur les réseaux sociaux l’accusant notamment de fraude électorale, violence et détention de machines à voter, le célébrissime ancien porte-parole du gouvernement congolais a réagi avec vigueur.

Les accusations de fraude électorale portées contre lui étaient utilisées par quelques rivaux potentiels candidats soucieux de maquiller une défaite vraisemblable. Dans la foulée des vraies preuves de fraude qui ont poussé la CENI à annuler les suffrages des 82 candidats députés nationaux et provinciaux fraudeurs, quelques impétrants mal positionnés recourent à la ruse de la méchante femme du récit de la sagesse du Roi Salomon dans l’espoir que tous perdent.

C’est manifestement dans cette logique que Roger Esongo Koy, candidat député de l’AFDC-A est sorti du bois pour accuser Lambert Mende Omalanga, sans aucune preuve, de fraude électorale au Centre de vote Olela Kele.

Il a saisi à cette fin le Parquet près le TGI de Lusambo et adressé une lettre de dénonciation aux responsables de la CENI dans laquelle il incrimine non seulement Lambert Mende mais aussi Omba Nyamololo, un candidat député provincial du regroupement AE.

Dans sa réplique adressée au chef d’antenne de la CENI circonscription de Lodja avec ampliation à plusieurs autorités, le leader de la Convention des congolais unis (CCU) a démontré le caractère mensonger, léger et infondé de la démarche de son détracteur.

«Contrairement à ses allégations mensongères contenues dans la lettre de dénonciation largement partagée dans les réseaux sociaux, il sied de rappeler que l'agent de la CENI Mme Shako Lokola, arrêtée par des éléments de la Police venus avec sieur Esongo au Centre de Vote n'était ni témoin de mon regroupement politique (AE), ni militante de mon parti politique (CCU). C'était plutôt un agent électoral en plein exercice de sa mission au lieu de son affectation. Ladite dame, qui n'a aucun lien avec moi, ayant été relaxée pour ''faits non établis'', on ne peut s'expliquer par quelle alchimie Messieurs Samy, Omekenge w'Omekenge alias Jorain, Omba Lokolo etc. qu'il désigne abusivement comme militants de mon parti politique et qui auraient été surpris en flagrance, par l'action judiciaire menée par le Procureur de la République des lieux pour des actes répréhensibles non précisés auxquels ils se seraient adonnés n'ont pas été mis en détention ni entendus dans le cadre de ladite action», peut-on y lire.

LIRE AUSSI Retranchement contre relégation : La revanche des Tshisekedi sur les Kabila!

Lambert Mende révèle que selon les informations en sa possession, Roger Esongo Koy et les membres de son équipe de campagne se sont présentés au Centre de Vote précité pour voter sans cartes d’électeurs.

«Grâce à la vigilance des agents de la CENI, ils en ont été empêchés. Ils se seraient alors mis à crier à la fraude pour perturber le déroulement du scrutin. Furieux de la ruine de leur projet, ils ont dénoncé de prétendus actes de violence et de fraude dont mes militants et moi, aurions été les auteurs».

L’ancien ministre de la Communication et médias rappelle que même pour les trois cycles électoraux {Ndlr 2006, 2011 et 2018}, il a toujours remporté une victoire écrasante dans la circonscription de Lodja «sans casse, ni violence, encore moins fraude », surenchérit-il.

En 2018 par exemple, Lambert Mende avait été parmi les cinq meilleurs élus nationaux de la RDC et l’unique leader politique du Sankuru à avoir des députés nationaux et provinciaux dans des territoires autre que le sien propre.

Il dit se réserver le droit de saisir les instances judiciaires compétentes contre sieur Roger Esongo Koy pour «imputations diffamatoires et calomnieuses».

Jean Pérou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Léon Nguwa: «les épreuves endurées par l’UNC en 14 ans d’existence et son leader démontrent que notre destinée sera meilleure »

19 juin 2010-19 juin 2014, l’Union pour la nation congolaise (UNC) a totalisé quator…