Home Société Équateur : OLPA condamne l’interpellation massive d’une vingtaine des journalistes à Mbandaka

Équateur : OLPA condamne l’interpellation massive d’une vingtaine des journalistes à Mbandaka

5 min read
0
0

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation indépendante de défense et de promotion de la liberté de presse, est stupéfait par l’interpellation des journalistes à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur, au nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC).

Une vingtaine des journalistes travaillant pour plusieurs médias locaux ont été interpellés, le 13 février 2024, par la police locale sur l’avenue Bonsomi dans la commune de Mbandaka, au moment où ils participaient à un rassemblement pour célébrer la 13ème journée internationale de la radio et protester contre les bavures policières subies par le personnel des médias, principalement l’agression brutale de Mimi Etaka, journaliste et directrice provinciale de la station publique RTNC (Radio-télévision nationale congolaise).

Les journalistes interpellés sont entre autres : Chilassy Bofumbo du média en ligne Losako.cd, Fabrice Indombe de l’Agence congolaise de presse (ACP/Mbandaka), Kadhafi Ntikala (Radio Bomoko Média), Lelu Lelu et Roger Mulumba (Radio Mambenga), Mamie Kapela (Radio Catholique Mwinda), Michaël Ekwalanga (Radio Liberté), Patience Isembi (Radio Catholique Mwinda), Rachel Lowa (Radio Évangile Éternel), Reagan Ilumbe (Radio Lobiko), Trésor Ikonda (Radio Soleil Couchant), Yvon Nzoka (Radio la Voix de Mbandaka), Baende Lofinda, Etino Bokau, Patrice Nkumu et Simon Kimbangala (RTNC/Mbandaka), Dieu-Merci Boluka, Eric Liyenge, Henry Elenga, José Maza Osukuma et Patrick Loola (Radio-Télévision Libérale).

Ils ont été embarqués dans un véhicule de la police et conduits au bureau de l’Agence nationale des renseignements (ANR/Mbandaka) où ils ont été auditionnés pendant plusieurs heures par les responsables locaux des renseignements, les accusant d’avoir troublé l’ordre public en organisant un rassemblement sans autorisation préalable de l’autorité provinciale. Accusation rejetée par les journalistes détenteurs d’une copie d’accusé de réception de la Mairie de Mbandaka. Ils ont été tous relaxés.

Il y a lieu de rappeler que la journaliste Mimi Etaka a été agressée à son bureau par le nommé Reagan, membre de la garde rapprochée de M. Bobo Boloko Bolumbu, Gouverneur de la province de l’Equateur, le 5 février 2024. Ce dernier accusait la journaliste d’avoir refusé de diffuser un communiqué du Gouverneur de province sur les antennes de RTNC/Mbandaka.

Quelques jours après cette agression, Mika Longangu, Trésor Nsiabeinga et le nommé Reagan respectivement coordonnateur, coordonnateur adjoint de la cellule de communication et membre de la garde rapprochée du gouverneur ont été interpellés par le Parquet et placés en détention à la prison centrale de Mbandaka.

De ce qui précède, OLPA condamne simultanément l’interpellation massive des professionnels de la presse ainsi que l’agression brutale de la journaliste Mimi Etaka. Ces actes sont de nature à porter atteinte à la liberté de presse garantie par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme.

OLPA espère que les autorités judiciaires saisies à cet effet, diront le droit en toute impartialité.

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Kinshasa: l’armée et la police organisent de patrouilles mixtes

Depuis 21 mai 2024, la Police nationale congolaise (PNC) et les Forces armées de la Républ…