Home Politique Représentativité des femmes dans le gouvernement : Judith Suminwa appelée à privilégier la compétence et la moralité

Représentativité des femmes dans le gouvernement : Judith Suminwa appelée à privilégier la compétence et la moralité

6 min read
0
0

Reçues par la première ministre Judith Suminwa Tuluka le weekend dernier, des organisations féminines ont témoigné leur soutien au président de la République, Félix Tshisekedi, champion de la masculinité positive. Elles ont plaidé notamment pour la représentativité des femmes non seulement dans le prochain gouvernement mais aussi dans d’autres institutions du pays.

Dans l’opinion publique, on demande à la cheffe du gouvernement de privilégier dans le choix des femmes à nommer dans son équipe gouvernementale, la compétence et la moralité.

Dans un pays-continent comptant plus de 100 millions d’habitants, ne devient pas premier ministre qui veut. Surtout quand c’est une femme, l’accession à ce poste privilégié devient plus difficile.

La nomination de Judith Suminwa Tuluka au poste de premier ministre constitue un déclic pour la prise de conscience collective des femmes congolaises. Elles ont l’obligation de s’impliquer collectivement et individuellement en vue de la réussite du deuxième mandat de Félix Tshisekedi, premier président de la RDC à avoir fait d’une femme première ministre.

Loin d’être un cadeau, cette confiance leur faite devrait peser sur les épaules des femmes comme un devoir de réussite.

En effet, face à ce qui est présenté, à tort où à raison, comme l’échec des hommes à faire décoller le grand Congo, la nomination d’une femme à la primature constitue un défi pour la gente féminine : réussir là où les hommes ont échoué. Pour ce faire, elles ont l’obligation d’assurer une meilleure gouvernance.

D’où la nécessité pour Judith Suminwa Tuluka de se référer à la méritocratie dans le choix des femmes à nommer dans son équipe gouvernementale, en tenant compte de l’expérience, compétence et de la moralité.

« Nous pensons que le chef de l’État peut aller plus loin dans sa logique en faisant confiance à plus des femmes pour le redressement du pays. Il peut en plus de la primature, confier aux femmes le perchoir de l’Assemblée nationale, le Conseil supérieur de la magistrature, le poste de procureur général près la Cour de cassation et de ministères stratégiques », suggère une femme diplomate.

Se fixer des priorités

Toutefois, être femme ne suffit pas pour espérer faire des miracles dans la gestion publique.
La première ministre devra batailler dur pour réussir sa mission. A cet égard, elle est encouragée à se fixer des priorités dans les secteurs clés de la vie nationale pour impacter positivement la vie des congolais. Il s’agit notamment de la sécurité, infrastructures, social, lutte contre les antivaleurs dont la corruption et les détournements, la justice etc.

En vue de réduire les inégalités sociales, il est préférable que le prochain gouvernement mette en place pour la première fois en RDC, un barème unique salarial des agents et fonctionnaires de l’État.

A ce sujet, le lobbying de haut niveau sur la parité en République démocratique du Congo a demandé à la première ministre, le weekend dernier, de d’ouvrir les yeux sur la situation des femmes dans l’ administration publique, victime de discrimination en ce qui concerne la promotion.

Par ailleurs, la réduction du train de vie des institutions et la lutte contre les violences faites aux femmes ne devraient pas être oubliées parmi les priorités du gouvernement Judith Suminwa.

Pami Halele

Légèreté et immoralité : Ces stéréotypes qui font mal aux femmes journalistes congolaises
Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Sécurité dans l’est: échangé téléphonique entre Félix Tshisekedi et le président Polonais

La journée du vendredi 24 mai 2024 a été très diplomatique et chargée pour le président Fé…