Home Société Suspension du DG ai de l’INS: Les raisons qui justifient la colère du personnel contre Christian Mwando

Suspension du DG ai de l’INS: Les raisons qui justifient la colère du personnel contre Christian Mwando

11 min read
0
1
fardc 1 min

La suspension du DG ai de l’Institut National de la Statistique (INS), Serge Bokuma Onsiti par le Ministre d’État au Plan, Christian Mwando a créé des tensions la semaine dernière. Alternance.cd a travaillé dur pour découvrir pourquoi les agents et cadres de cet établissement public s’opposent à cette suspension.

Sur Twitter, Christian Mwando est en mode donneur des leçons depuis qu’il a été défié par le personnel de l’INS. Clairement, il accuse le DG ai Serge Bokuma de se servir de l’UDPS, parti présidentiel, pour échapper à sa suspension.

Dans la motivation de cette suspension décidée par un arrêté pris le 16 août 2022, le Ministre d’Etat au Plan a évoqué notamment « l’insubordination répétée ».

Gros couac: cette décision n’a été précédée ni d’une demande d’explication, ni d’un rappel à l’ordre, encore moins d’une quelconque action disciplinaire.

Selon des cadres de l’INS, le péché de Serge Bokuma c’est d’avoir été en désaccord avec la hiérarchie qui « veut confier la gestion financière de l’enquête démographique et de santé à un proche parent du Vice-ministre du Plan ».

Un désaccord bien fondé

« Les réserves du DG Serge Bokuma Onsiti relèvent de la jurisprudence élémentaire et du bon sens et elles sont fondées. En 2015, la gestion de sortie de fonds avait été confiée à un Consultant. Après le départ de ce dernier, les fonds ont été déclarés inéligibles par les partenaires. Par conséquent, beaucoup d’agents, y compris des membres de l’équipe technique sont impayés jusqu’à ce jour; les relations entre l’INS et les partenaires se sont gâchées », explique un cadre de l’Institut National de la Statistique.

Jurisprudence oblique, pour l’enquête démographique et de santé, l’un des partenaires a opposé un refus de voir un consultant extérieur s’occuper de la gestion des fonds étant donné que les fonds sont mobilisés pour la production des statistiques à travers l’INS. C’est tout à fait normal, bon sens oblige.

Lire aussi INS: Le personnel vent debout contre le scandale administratif signé par Christian Mwando

Par ailleurs, recevant vendredi dernier la délégation syndicale de l’INS, qui réclame le rétablissement pur et simple du DG Serge Bokuma Onsiti, le Ministre du Plan C.Mwando a affiché une moue boudeuse, un geste de frustration qui traduit un malaise profond dans son chef.

Confus, il a évoqué « la mise en place d’une commission d’audit sur la gestion » de Serge Bokuma en contradiction avec l’arrêté de suspension. Confusion totale!

Un coup préparé depuis longtemps

Des analystes se posent des questions sur la cohérence de la décision portant suspension de ce mandataire public.

« Ce qui est clair, l’intention est de faire main basse sur les maigres ressources de l’Institut National de la Statistique mobilisées auprès des partenaires dont la BAD et sur
la caisse de l’enquête démographique et de santé. La présence du DG Serge Bokuma gênant, le ministre Mwando avait bien préparé son plan depuis longtemps en plaçant sans scrupules sa petite soeur comme Directrice Générale Adjointe pour rendre la tâche plus aisée
», constate-t-on avec le recul.

Assuré d’avoir le plein contrôle sur la manne financière de l’INS, il a donc agi dans la précipitation sans gants, en brûlant imprudemment les étapes d’avertissement et en raccourcant le temps de l’action.

« Un tel comportement est susceptible d’handicaper la promotion des statistiques en RDC. La Société civile scientifique que nous représentons avons horreur si dans le Gouvernement, il se trouve d’individus voraces de cette nature. Raisons pour lesquelles nous attendons un signal fort du Chef du Gouvernement, Jean-Michel Sama Lukonde, de qui le Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi attend beaucoup dans la planification du développement, de veiller à la protection des cadres éminents que compte le pays en matières statistiques. La Société Civile scientifique que nous représentons souhaite rattacher l’Institut National de la Statistique à la Présidence du Pays pour une impulsion positive. La tutelle du Plan aux tentacules politiciennes dérange la promotion des statistiques en RDC », préconise la communauté scientifique de l’INS.

Elle dit avoir constaté des progrès dans l’actif de Serge Bokuma Onsiti.

« Dès sa prise de fonctions, il a mis la main sur le Document du Recensement Général des Entreprises (RGE) abandonné par ses prédécesseurs, et a remis l’équipe au travail pour l’analyse des données jusqu’à sa publication. Le document est en cours de dissémination dans le pays. S’agissant du RGPH2, Récensement Général de la population et de l’habitat, M.Bokuma vient de superviser le test d’application implimenté dans l’Android avec le concours de UNFPA. Le test s’est révélé concluant. Le RGPH2 étant devenu une affaire du Gouvernement dans le cadre de la mutualisation, les partenaires au développement attendent le go du Gouvernement avec une contribution susceptible de réaliser la cartographie censitaire », détaille une source interne.

Du coup, des analystes et observateurs tranchent que la décision de Christian Mwando, prise, rappelle-t-on, « en violation des procédures administratives », est suicidaire à cet élan de progrès. Vivement donc l’intervention du Premier ministre pour décanter la situation.

Jean Perou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: Constant Mutamba, une consécration largement méritée

Tribune A 36 ans, Constant Mutamba Tungunga a été nommé ministre d’État à la Justice…