Home Economie RDC: Jean-Charles Okoto et André Kabanda déchirent le plan de relance de la MIBA

RDC: Jean-Charles Okoto et André Kabanda déchirent le plan de relance de la MIBA

7 min read
0
1

Le président du Conseil d’administration (PCA) et le directeur général de la Minière de Bakwanga (MIBA) s’en foutent du plan de relance de cette entreprise publique élaboré par le gouvernement au travers le ministère du Portefeuille. Pour cause, Jean-Charles Okoto et André Kabanda ont octroyé l’exclusivité de la production de diamant de la MIBA à une société présentée comme du droit américain mais dont l’existence est douteuse. Coup du deal: 50 millions de dollars américains.

C’est le vendredi 1 er mars 2024 que les dirigeants de la MIBA ont signé dans une salle peu éclairée, un contrat avec une personne présentée comme le représentant d’une société dénommée « Centre Ville Group INC », une entreprise prétendument du droit américain mais qui n’a pas de représentation en République démocratique du Congo.

De ce qui a été déclaré à cette occasion par Jean-Charles Okoto, on a noté en substance que le présumé investisseur serait venu avec une enveloppe de 50 millions de dollars américains, qui selon lui, constitue une bouée de sauvetage devant permettre le redémarrage partiel de la production. Ce, a indiqué le PCA qui a accompli une tâche qui relèverait des prérogatives de la Direction générale, après une production de 47 à 53 mille carats de diamant qui a séduit cet investisseur américain.

Il a fait état d’autres problèmes qui restent à résoudre pour la relance totale de la MIBA, notamment la carence de l’énergie et la vétusté des machines.

Gros couac: les dirigeants de la MIBA n’ont pas précisé la rubrique sur laquelle s’inscrivent les 50 millions américains de « Centre Ville Group INC ». Ils n’ont pas consulté l’actionnaire minoritaire qui détient 20% des parts de cette entreprise du Portefeuille qui, contrairement à d’autres telle que la Gecamines, n’est pas détenue à 100% par l’État congolais.

Grand angle: Les entreprises publiques en question

C’est un problème sérieux d’autant plus que dans le plan de relance de la MIBA, élaboré en 2022 par le Comité de pilotage de la réforme des entreprises du Portefeuille de l’État (COPIREP), en collaboration avec le Conseil présidentiel de veille stratégique (CPVS) et le Conseil d’administration de la MIBA et qui a validé l’année dernière, il est prévu un montant global de quatre cent cinquante-trois millions de dollars sur une période de 5 ans.

De cette somme, cent quarante-neuf millions devaient être décaissés en première phase à côté desquels il est prévu un plan d’investissement de plus de cent soixante millions de dollars pendant 3 ans. Trente-cinq millions USD de ce plan d’investissement devaient être décaissés au cours de la première année d’exécution dudit plan de relance, c’est-à-dire en 2023.

Un partenariat ou un prêt avec intérêt ?

Curieusement, ni le PCA de la MIBA, ni le représentant de Centre Ville Group INC n’a inscrit le montant annoncé de 50 millions USD dans une quelconque rubrique du plan de relance sus détaillé. Plus grave, le PCA et le DG ont ignoré complètement l’actionnaire minoration dans ce contrat aux allures d’un deal entre copains.

Ce qui pousse des analystes à supputer qu’il s’agirait d’un prêt avec intérêt et non d’un partenariat, encore faudra-t-il vérifier si l’entreprise du nom de Centre Ville Group INC existe bel et bien aux États Unis et surtout si elle a une expérience avérée dans l’exploitation du diamant.

ALT avec Congo Nouveau

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: Le chargé des opérations des FARDC remonte le moral des troupes à Lubero

Le chef d’état-major général adjoint des Forces armées de la République démocratique…