Home Sécurité « Chers collègues, quittez les groupes armés»: Ayobangira Safari demande à Christophe Mboso d’éventrer le boa

« Chers collègues, quittez les groupes armés»: Ayobangira Safari demande à Christophe Mboso d’éventrer le boa

4 min read
0
0
fardc 1 min

A l’occasion de l’adoption du calendrier des activités de la session de septembre 2022 à l’Assemblée nationale, le député national élu du territoire Masisi, Ayobangira Safari, est revenu sur la célèbre phrase du président du bureau, Christophe Mboso, « chers collègues, quittez les groupes armés ». Il l’a invité à prendre au sérieux cette interpellation et à ne pas se limiter aux paroles.

A l’en croire, avec l’accroissement de l’insécurité dans l’Est, accentuée par l’occupation de Bunagana par le M23 et ses soutiens Rwandais, il est temps pour le président de la chambre basse du parlement, de brandir les preuves d’une présumée collaboration entre certains députés nationaux et les groupes armés dont il avait prétendu détenir. Ce, pour que les présumés collaborateurs de hors la loi soient déférés devant la justice.

« Nous regrettons le fait de voir que l’insécurité ne fait qu’augmenter chez au lieu de régresser. Cette situation est anormale. La partie Est en est la plus grande victime depuis plus de deux décennies malgré le changement de régimes. Cette situation commence à s’étendre à la porte de Kinshasa et plus particulièrement dans le territoire de Kwamouth, le fief du président de l’Assemblée nationale, qui est la deuxième institution au pays », a fait remarquer le député national Ayobangira Safari.

Il a rappelé que le président Christophe Mboso avait dit avoir des preuves palpables fmde certains collègues qui collaborent avec les groupes armés.

« Ma volonté, a-t-il soutenu, est de voir que le président Mboso puisse les traduire à la justice pour qu’ils subissent la rigueur de la loi, vu qu’il est anormal que chaque élu soit confondu à un collaborateur des groupes armés ».

Pour cet élu du peuple, « le fait de les déférer devant le juge fera à ce que l’insécurité puisse diminuer le plus vite dans notre pays, ce qui est une urgence dans notre pays dans le sens où nous avons tout pour nous développer ».

Ayobangira Safari est convaincu que ne pas transférer devant la justice les députés nationaux présumés collaborateurs de groupes armés est une façon de sacrifier la République Démocratique du Congo, qui a longtemps souffert d’affres de la guerre.

Alain Shamamba Tequiero

PUBLICITÉ 
Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Mise en place du gouvernement: clôture ce vendredi des consultations entreprises par Judith Suminwa

La première ministre, Judith Sunimwa Tuluka, achève ce vendredi 19 avril 2024, ses consult…