Home Politique Kinshasa : Gérard Mulumba, l’homme qui défie Félix Tshisekedi

Kinshasa : Gérard Mulumba, l’homme qui défie Félix Tshisekedi

6 min read
0
0

Le vice-gouverneur de Kinshasa, Gérard Mulumba, est mécontent de la procédure de nomination des bourgmestres des communes. Et il l’a fait savoir à haute voix, en s’opposant à l’ordonnance présidentielle y afférente.
Sa réaction, relayée largement par la presse kinoise, est un véritable camouflet pour le chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

La tension est palpable entre l’hôtel de ville de Kinshasa et le ministère national de l’intérieur. Le vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, Daniel Aselo, est accusé par le vice-gouverneur de Kinshasa de n’avoir pas consulté l’autorité provinciale avant de soumettre au président de la République la liste des bourgmestres pour la nomination.

« C’est regrettable que les choses se passent de cette manière. Le ministère de l’intérieur qui est notre ministère de tutelle, ne nous a pas consultés, le gouverneur et moi, pour ces nominations. Nous n’étions pas conviés à ces réunions. Or, selon la procédure, c’est vers nous qu’il devait se tourner pour avoir nos avis », a regretté Gérard Mulumba, sur des propos publiés par Forum des As.

Convaincu que le vice-premier ministre de l’intérieur a « induit le président de la République en erreur», le vice-gouverneur de Kinshasa a annoncé que « nous ne pouvons cautionner cela.»

De son point de vue, il fallait reconduire au moins cinq ou six bourgmestres, notamment Pepito Kilala de Kinshasa, Douglas Nkulu de Limete, Fabrice Ngoy de la Gombe, Jean Nsaka de Lemba et Jean-Claude Kadima de Kalamu.

Lire aussi Aveu d’échec de Ngobila: « Sur les 24 bourgmestres, il n’y a même pas 3 qui font le boulot »

Dans l’entourage du chef de l’État, les propos de Gérard Mulumba passent mal. Un conseiller à la présidence de la République a fustigé, sous anonymat, « le comportement d’un monsieur qui a été fait vice-gouverneur alors qu’il n’a pas de capacités intellectuelles pour diriger même une commune ».

Au ministère de l’Intérieur, on se dit non concerné par « une sortie médiatique dont le vrai destinataire est le chef de l’État ».

Retour de la manivelle

Ce que le vice-gouverneur de Kinshasa semble avoir oublié, c’est que son titulaire avait saboté l’autorité de tutelle, en refusant d’annuler l’exécution de ses trois arrêtés portant portant respectivement permutation et désignation des bourgmestre et bourgmestres adjoints de la Commune de Mont-ngafula, Ngaliema et Kinshasa, pris en janvier dernier.

Lire également Petite territoriale : L’UDPS s’octroie la part du lion au Sankuru

Non content de n’avoir été ni consulté ni informé au préalable, le VPM de l’intérieur a fait savoir à Gentiny Ngobila, dans une lettre datée du 27 janvier 2022, que ses arrêtés ont violé le Décret-loi N°82 du 02 juillet 1998 portant Statut des autorités chargées de l’administration des circonscriptions territoriales non encore abrogé (qui donne cette compétence exclusivement au Président de la République).

En dépit de l’instruction qui lui a été faite de rapporter sans délai lesdits Arrêtés, « faute de quoi, il tirera les conséquences qui s’imposent», le gouverneur de Kinshasa a fait la sourde oreille. Les bourgmestres nommés et/ou permutés ont été installés et ont travaillé jusqu’à leur remplacement par ordonnance présidentielle.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Encadrement des recettes et dépenses de l’État: Félix Tshisekedi instruit Judith Suminwa de se servir utilement des recommandations de l’IGF

Près d’un mois après la fin des missions d’encadrement dans les entreprises et…