Home Politique Cible des commentaires déplacés sur l’affaire Bukanga Lonzo : Denis Mukwege tord le coup à ses détracteurs

Cible des commentaires déplacés sur l’affaire Bukanga Lonzo : Denis Mukwege tord le coup à ses détracteurs

7 min read
0
0

La publication de la déclaration commune de Matata Ponyo, Martin Fayulu et Denis Mukwege sur la situation politique et sécuritaire en RDC a suscité des vagues. Des internautes se sont particulièrement penchés sur le point où les trois personnalités exigent «l’arrêt des poursuites judiciaires à l’encontre du sénateur Matata Ponyo, conformément à l’article 168 de la constitution commentaires repris par certains internautes ». Ils ont accusé le Dr Denis Mukwege de soutenir l’impunité. Des accusations pas vraiment du goût du Prix Nobel de la paix, qui a tenu à répondre à cela à travers une mise au point.

Lundi 26 décembre, les congolais se sont réveillés et sont rentrés au lit avec un seul gros sujet d’actualité : la déclaration commune du trio Matata-Fayulu- Mukwege, très critique à l’égard du pouvoir de Félix Tshisekedi, qu’il accuse notamment d’intolérance politique, d’être au service du Rwanda, agresseur de la RDC ou encore d’externaliser la sécurité nationale à des forces étrangères en lieu et place de doter le pays d’une armée efficace et d’institutions solides.

De nombreuses réactions venant des militants du pouvoir ciblent violemment le Dr Denis Mukwege d’avoir été, selon eux, recruté pour défendre le sénateur Matata Ponyo dans l’affaire judiciaire de Bukanga Lonzo.

Ce dernier ne s’est pas fait prier pour mettre les points sur les i.

« Tout citoyen qui viole la constitution, qui viole les lois de la République, doit répondre de ses actes. Et je dois dire que Matata Ponyo ne fait pas exception », a-t-il affirmé d’emblée.

« Par contre, a soutenu Denis Mukwege, dans l’affaire qui est reprochée à Matata Ponyo, la procédure n’a pas été claire. Pour nous citoyens, on ne peut pas comprendre qu’une institution de la République, à savoir la Cour constitutionnelle, déclare l’irrecevabilité d’une plainte et que cette plainte est envoyée à la Cour de cassation et qu’après qu’on ait viré le juge que la même Cour se déclare compétente pour la même affaire ».
Il a relevé que la justice doit être équitable, impartiale et non sélective.

Lire aussi Bukanga Lonzo : Pourquoi le Procureur Général près la Cour Constitutionnelle a-t-il rétropédalé avant de repédaler en accélérant?

« Mais si notre justice va répondre aux veléités politiques, moi je m’oppose catégoriquement. Je crois que mon opposition ce n’est pas par rapport à l’individu, mais c’est par rapport au principe. Et je pense que le principe c’est que la justice doit être rendue pour tout citoyen congolais conformément à nos lois et à notre constitution et pas en fonction de conflits ou des intérêts politiques », a expliqué le célèbre gynécologue congolais.

Et à Mukwege de poursuivre, en assumant que « s’il y a de choses que l’on reproche à Matata Ponyo, je crois que là où la Cour constitutionnelle s’est déjà déclarée incompétente, on ne peut pas y revenir avec un autre juge. Sinon, pour chaque affaire en fonction du pouvoir en place, on peut nommer des juges qui vont en reprendre et on en finira pas ».

Il a renchéri « qu’il faut que notre justice nous garantisse nos libertés fondamentales ». Fin de la polémique, du moins pour les gens qui ont le sens de la compréhension et qui respectent la liberté de pensée, d’opinion et d’expression de chaque citoyen.

RD44

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Encadrement des recettes et dépenses de l’État: Félix Tshisekedi instruit Judith Suminwa de se servir utilement des recommandations de l’IGF

Près d’un mois après la fin des missions d’encadrement dans les entreprises et…