Home Politique Aminata Namasia fait chier son suppléant à l’Assemblée nationale

Aminata Namasia fait chier son suppléant à l’Assemblée nationale

6 min read
0
0

Elle est admirée pour sa jeune belle carrière politique et sert de modèle à la jeunesse congolaise. A seulement 29 ans d’âge, Aminata Namasia occupe le poste de vice-ministre de actuelle vice-ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) après avoir siégé au bureau provisoire de l’Assemblée nationale. Grosse déception pour ses admirateurs: derrière cette jeune dame au visage innoncent, se cache une actrice politique avare, qui ne veut pas laisser de petits avantages à ses collaborateurs.

Le député national Alipanazanga Selenge Joseph, qui siège à sa place à l’Assemblée nationale, n’a que ses yeux pour pleurer. Le suppléant de Aminata Namasia se plaint du non paiement de ses primes diverses du mois de décembre 2022, retenues sur instruction verbale de sa titulaire.

L’élu de la circonscription de Bambesa, dans la province du Bas-Uele, a exprimé ses préoccupations au questeur de l’Assemblée nationale. Il a attiré son attention notamment sur l’article 4 du Règlement intérieur de la chambre basse du parlement, qui stipule que « le suppléant qui remplace temporairement le député national nommé à une fonction politique, a droit à une rémunération et aux avantages sociaux dus à son titulaire » et que « ce droit cesse dès la reprise du mandat parlementaire de ce dernier ».

Il a aussi paraphrasé l’article 7 qui ajoute que « le suppléant dont le mandat est validé, a droit à la jouissance de l’entièreté des émoluments et autres avantages qui lui sont dus ».

Lire aussi Propos sexistes des militants de l’UDPS contre Jeannine Mabunda: Les ressortissants du Grand Équateur exigent des sanctions

Partant de ces dispositions pertinentes du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le député national Alipanazanga Selenge Joseph prie au questeur de régulariser le payement de ses primes de décembre dernier comme c’était le cas depuis la validation de son mandat.

« Dans le cas où la titulaire du siège aurait formulé des doléances, a-t-il poursuivi sur des écrits relayés par Scooprdc.net, qu’il vous plaise de l’orienter vers moi pour qu’ensemble puissions trouver un compromis ».

Une pratique généralisée

Il faut dire que plusieurs suppléants qui siègent à l’Assemblée nationale subissent la loi de l’avidité et de la cupidité de leurs titulaires nommés à des fonctions politiques.

Certains affirment leur rétrocéder jusqu’à 50% des émoluments et autres avantages alors que d’autres se contentent carrément de la moitié de l’ émolument sans savoir où vont les primes.

Lire également « Mieux rémunérés que les députés français et américains »: Les graves révélations de Fayulu sur les rémunérations des députés congolais

Ces pratiques sont observées particulièrement dans le chef de députés nationaux d’un certain âge, qui estiment que leurs suppléants n’ont pas engagé des dépenses lors de la campagne électorale de 2018 pour jouir totalement des avantages dus à un député national.

Force est de constater que même Aminata Namasia, pourtant de la jeune génération, copie de telles pratiques avilissantes et rétrogrades.

Toutefois, quelques rares députés nationaux de seconde main reconnaissent que leurs titulaires ne leur exigent rien et les laissent jouir de la plénitude de leur mandat. Ils sont chanceux et leurs titulaires à féliciter.

RD44

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le combat de dignité du Dr Denis Mukwege en faveur de la femme congolaise à travers la réparation de la fistule et du prolapsus dans des villages enclavés

Dans les contrées reculées et les villages isolés de la République démocratique du Congo, …