Home Economie La RDC et l’Indonésie discutent pour une coopération dans plusieurs secteurs

La RDC et l’Indonésie discutent pour une coopération dans plusieurs secteurs

7 min read
0
0

Il s’agit notamment d’une collaboration pour la gestion de la forêt tropicale et les tourbières en vue de créer le crédit carbone au bénéfice des deux États, le changement climatique, le partage d’expériences dans la gestion des ressources minérales ou encore le développement d’une zone économique spéciale.

Ces sujets et d’autres ont été au centre des discussions, lundi 23 janvier 2023, entre le coordonnateur des affaires maritimes et de l’investissement de l’Indonésie, Luhut Binsar Panjaitan, qui a rang de premier ministre et le premier ministre congolais, Jean-Michel Sama Lukonde, en présence de la vice-premier ministre en charge de l’Environnement et développement durable, Eve Bazaiba et du ministre de l’Industrie, Julien Paluku.

Luhut Binsar a soutenu, au sortir de la séance de travail, que si la RDC et l’Indonésie travaillent ensemble dans le cadre de la coopération Sud-Sud, elles seront en mesure d’amener la prospérité pour leurs peuples respectifs.

Lire aussi Diplomatie de développement : Félix Tshisekedi demande aux nouveaux ambassadeurs de pêcher des investisseurs pour la RDC

« Il y a deux choses que nous allons faire avec le gouvernement de la République démocratique du Congo. Premièrement, la collaboration au sujet de la forêt tropicale et les tourbières pour créer le crédit carbone pour les deux pays. Et nous pensons le faire avec le Brésil. C’est-à-dire, une tripartite RDC-Indonésie et Brésil. Ce sera une très grande puissance en capacité de négociation au niveau international. Concernant le changement climatique, la République démocratique du Congo est un pays très riche. Si nous pouvons travailler ensemble, la RDC et l’Indonésie, nous serons capables d’amener la prospérité pour nos peuples respectifs. Nous croyons que nous pouvons aller vite vers la mise en œuvre de cette collaboration, de manière particulière », a-t-il expliqué à la presse.

Gestion efficiente des ressources minérales

Le coordonnateur des Affaires maritimes et de l’Investissement de l’Indonésie a expliqué que si les deux pays concrétisent le projet de partenariat en discussion, ils vont créer de millions d’emplois pour les deux peuples et que telle est la volonté que lui a exprimée le président congolais, Félix Tshisekedi, lors de leur rencontre au sommet mondial économique de Davos.

Lire également Lutundula et Szijjarto cogitent sur le renforcement de la coopération entre Kinshasa et Budapest

« Le deuxième point au centre de nos échanges avec le Premier Ministre congolais Jean-Michel Sama lukonde kyenge, concerne le partage d’expériences dans la gestion des ressources minérales qui sont cruciales pour le changement climatique. En ce qui nous concerne, en Indonésie, nous faisons en sorte que chaque bénéfice qui émane des ressources minérales puisse bénéficier au peuple indonésien. Lors de notre rencontre à Davos, le Président Félix m’avait dit que c’est exactement ce qu’il veut. C’est sa vision et c’est l’approche qu’il veut appliquer pour le peuple congolais. Il tient à ce que les ressources minérales bénéficient premièrement au peuple congolais. La collaboration entre la RDC et l’Indonésie va nous permettre de construire ce système voulu par les deux pays afin de matérialiser la même vision comme par exemple les véhicules électriques, les batteries sur base de lithium. La République démocratique du Congo et l’Indonésie, nous pouvons construire un partenariat fort et qui va bénéficier aux peuples de nos deux pays. Ça va créer les opportunités d’emplois pour des millions et des millions de congolais », a poursuivi Luhut Binsar Panjaitan.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La corruption de l’élite congolaise : Un véritable cancer !

Tribune de François Ndjeka Wandja Une révolution philosophique s’avère aujourd’hui plus qu…