Home Politique «On discrédite le processus électoral, on se victimise et on diabolise » (Patrick Muyaya à propos de l’opposition)

«On discrédite le processus électoral, on se victimise et on diabolise » (Patrick Muyaya à propos de l’opposition)

5 min read
0
0

Le porte-parole du gouvernement congolais a réagi aux revendications de l’opposition, qui a multiplié ces derniers jours des activités pour protester contre ce qu’elle qualifie de la vie chère, l’insécurité grandissante au pays et un processus électoral chaotique. Pour Patrick Muyaya, Martin Fayulu, Moïse Katumbi, Matata Ponyo et Delly Sessanga, quatre têtes de gondole de l’opposition, visent en réalité autre chose que les revendications clamées officiellement.

Au cours d’une interview diffusée sur France24, mercredi 31 mai 2023, le ministre de la Communication et médias a analysé la stratégie de l’opposition, vue du gouvernement.

«C’est simple, a-t-il expliqué, la stratégie des opposants c’est de discréditer le processus électoral. Depuis le début essayez de lire leur stratégie. On discrédite le processus électoral, on se victimise et on diabolise. C’est ça la stratégie. Il n’y a rien d’étonnant dans ce qu’ils disent ».

Une piètre mobilisation

S’agissant de la mobilisation lors de la marche du samedi 20 mai et du sit-in organisé quelques jours plus tard devant la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le porte-parole du gouvernement affirme que les opposants ont fait piètre figure.

Lire aussi

« D’ailleurs, si vous regardez et la marche et le sit-in, c’est de flops parce que Kinshasa c’est 15 millions d’habitants et peut être pas cinq cent ou six cent personnes qui les accompagnaient. C’est dire que ce n’est pas un discours qui porte dans un contexte où les congolais veulent aller voter. On leur a fait un couloir pour qu’ils aillent rencontrer le bureau de la CENI, qu’ils discutent de préoccupations qui sont les leurs, ils ont refusé», a démontré Patrick Muyaya.

Clairement, il accuse, au nom du gouvernement, Martin Fayulu, Moïse Katumbi, Matata Ponyo et Delly Sessanga d’avoir un agenda caché.

« Donc, a-t-il déduit, soit qu’ils ne savent pas ce qu’ils veulent. Soit ils veulent le chao et ils veulent en tirer le profit je ne sais de quel manière dans un contexte où nous avons de foyers de tensions dans le pays notamment la crise à l’Est, un conflit aux portes de Kinshasa et lorsque nous mettons tout ça en mouvement, on s’interroge véritablement sur les véritables motivations ».

Junior Lomanga

Dans la même catégorie

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Equateur : OLPA s’ inquiète de la convocation de deux journalistes au Parquet de Mbandaka

Kinshasa, le 18 juillet 2024. L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA),…